Metz dans le viseur de Yann Arthus Bertrand pour la nouvelle expo du Centre Pompidou

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 07/05/2013 à 17H24
Yann Arthus Bertrand va réaliser un film sur Metz vue d'en haut, visible dès le 5 juin au Centre Pompidou Metz

Yann Arthus Bertrand va réaliser un film sur Metz vue d'en haut, visible dès le 5 juin au Centre Pompidou Metz

© France 3 Culturebox

Depuis une semaine, Yann Arthus Bertrand survole la région de Metz pour réaliser un film qui va s’insérer dans "Vues d'en haut", la prochaine exposition du centre Pompidou Metz qui se tiendra du 17 mai au 7 octobre. Pour la première fois, 400 œuvres seront rassemblées pour montrer comment les vues aériennes ont inspiré les artistes et modifié leur perception.

Reportage : Séverine Dangin, François Carretier, Cyril Provost

https://videos.francetv.fr/video/NI_145835@Culture

Sujet au vertige, accrochez-vous ! L’exposition « Vues d’en haut » se déclinera en huit chapitres thématiques, emmenant le visiteur en altitude avec les premiers clichés aériens pris par Nadar depuis un ballon, dans les années 1860.

Nadar, Vue aérienne de l'Arc de Triomphe en 1868

Nadar, Vue aérienne de l'Arc de Triomphe en 1868

© RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Ce qui semble anodin aujourd’hui était alors exceptionnel car les clichés du photographe ont alors fournit aux artistes une documentation sur un monde réel qu’ils n’avaient jamais vu depuis une perspective aussi élevée. On découvrit alors à quel point la hauteur du point de vue brouillait le relief, la terre se transformant en une surface plane aux repères différents.

Georges Braque, Les usines du Rio-Tinto à l'Estaque, 1910 - Huile sur toile, 65 × 54 cm

Georges Braque, Les usines du Rio-Tinto à l'Estaque, 1910 - Huile sur toile, 65 × 54 cm

© Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Droits réservés

Des vues en ballons, on passa aux avions et aux images satellites. C’est d’ailleurs l’engouement du public pour le site Google Earth, mais aussi pour le livre « La Terre vue du ciel » de Yann Arthus Bertrand (2 millions d’exemplaires vendus) qui ont donné l’idée aux responsables du Centre Pompidou Metz de s’intéresser à la façon dont ces vues aériennes avaient impacté la création artistique. Un exemple ? Malevitch, l’inventeur de l’abstraction abstraite. Comme le rappelle Angela Lampe, la commissaire de l’exposition, « On peut directement associer son « Carré noir sur fond blanc » (1915) à la photographie aérienne. Dans son livre « Le monde sans objet » , il se réfère aux photographies aériennes quand il évoque " l’empire du suprématisme ". Ces photos le réconfortent dans son travail. C’est un basculement de la perception. Quand on regarde ses peintures, on voit que l’artiste ne les a pas conçues avec une vue frontale, mais verticale. »

Carré blanc sur fond blanc , Kazimir Malevitch, 1918 - Huile sur toile

Carré blanc sur fond blanc , Kazimir Malevitch, 1918 - Huile sur toile

© Musée d'Art Moderne de New York

Sur plus de 2000 m2, l’exposition présente une diversité d’œuvres -peintures, photographies, dessins, films, maquettes d’architecture, installations, livres et revues – qui dresse un panorama de l’art moderne et contemporain revu à la lumière du rêve d’Icare.

Andreas Gursky, Pyongyang, 2007 - Photographie, 397 × 215

Andreas Gursky, Pyongyang, 2007 - Photographie, 397 × 215

© Adagp, Paris 2013 / Kunstmuseum Wolfsburg

Quant au film de Yann Arthus Bertrand qui sera présenté dès le 5 juin dans le cadre de « Vues d’en haut »,  il devrait durer de quinze à vingt minutes. Comme pour « Home » en 2009, il sera dépourvu de narration mais avec une musique spécialement composée par Armand Amar (César de la meilleure musique de film pour le «Le Concert» en 2010). 

Exposition "Vues d'en haut" du 18 mai au 7 octobre 2013 au Centre Pompidou de Metz