"Mécaniques Amoureuses" à la Maison Guerlain : quand l'art explore les mystères de l'amour,

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/10/2009 à 10H44
"Mécaniques Amoureuses" à la Maison Guerlain : quand l'art explore les mystères de l'amour,

"Mécaniques Amoureuses" à la Maison Guerlain : quand l'art explore les mystères de l'amour,

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_479397@Culture

Depuis quatre ans, en parallèle à La FIAC, la Maison Guerlain fait une place à l'art contemporain. Cette année et jusqu'au 12 novembre, elle propose une exposition intitulée "Mécaniques Amoureuses", une interprétation très libre de l'amour à travers le regard de douze artistes internationaux.

Etant donné l'activité du lieu qui accueille cette exposition (la maison Guerlain crée des parfums depuis plus de 180 ans, on ne peut s'empêcher de se demander quel est le rôle du parfum dans la subtile mécanique de l'amour ? On sait aujourd'hui le rôle essentiel que joue les odeurs sur notre psychisme (les années 80 ont vu la naissance de l'Aromachologie) et la façon dont le parfum dégagé par la peau peut être un puissant excitant. Les cinéastes l'ont très bien raconté, notamment avec le célèbre film de Dino Risi en 1975, "Parfum de femme" où Vittorio Gassman jouait un homme aveugle qui se laisse guider par son odorat et le parfum des femmes pour les choisir, puis les séduire. C'est aussi un roman "Le parfum" de Patrick Süskind où un parfumeur- meurtrier va condenser plusieurs fragrances de femmes pour n'en faire qu'une seule qui, une fois répandue, va déclencher une envie d'amour irrépressible chez ceux qui la respirent.
On sait aussi que certains parfums créés par Guerlain sont nés d'une histoire d'amour. C'est le cas de Shalimar qui trouva son inspiration dans la passion éternelle de l'empereur Shah Jahan pour son épouse Mumtaz Mahal, passion qui le poussa à faire construire le Taj Mahal. Idem pour Nahéma. Créé Par Jean-Claude Guerlain, ce dernier avoue avoir été inspiré par une image : celle d'un film des années 70, "Benjamin ou les Mémoires d'un puceau" dans lequel on voyait Catherine Deneuve dans une cage dorée parsemée de roses.
-> A découvrir aussi sur Culturebox la collection privée de la famille Guerlain
-> A propose de  la FIAC  retrouvez cet article sur France3.fr