Lorient fête 350 ans d'histoire au Festival Interceltique

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/08/2016 à 16H14
La guide conférencière Elodie Offredo est en charge des visites de la ville. 

La guide conférencière Elodie Offredo est en charge des visites de la ville. 

© capture d'écran France 3 / Culturebox

Née il y a 350 ans, la ville de Lorient fête cette année son anniversaire, pendant la 46ème édition du festival Interceltique. À cette occasion, expositions et visites guidées sont à l’honneur dans la ville bretonne.

L’acte d’achat des 7 hectares de terrain rédigé le 31 août 1666 pour installer la Compagnie des Indes est également l'acte de naissance de la ville de Lorient. Avant cette période, une multitude de petits villages étaient éparpillés autour de l’embouchure du Blavet. Lorsque la Compagnie des Indes y installe son camp de base, les villages alentours prennent de l’importance et se transforment en faubourg, jusqu’à être rattachés à la ville de Lorient.

Des trésors historiques

À l’occasion de cette année anniversaire de la ville, les archives municipales ont dénichées dans leur rayonnage des documents rares dont l’ordonnance des armoiries de la ville. "L’anniversaire de la ville de Lorient nous a permis de faire un travail sur nos collections, et de pouvoir repérer et présenter pour la première fois des documents qui n’étaient pas connus ou des acquisitions assez récentes", souligne Patricia Drénou, conservatrice des Archives de Lorient.

Reportage : S. Izad / P. Queyroux / H. Notat

https://videos.francetv.fr/video/NI_774283@Culture

Une ville marquée

Plusieurs visites sont organisées autour des monuments historiques de la ville qui ont rythmé les 350 ans de son existence. Bâtiment emblématique de Lorient, la tour de de la Découverte qui est toujours debout après avoir été détruite trois fois.
Mais ce sont les bombardements de la seconde guerre mondiale qui ont causé les plus gros dégâts à la ville bretonne, contrainte d’effectuer des changements de nom à la reconstruction. Les habitants ont pourtant gardé leurs habitudes. "Le Pont levant va s’appeler le Pont tournant pour beaucoup de lorientais, la rue Maréchal Foch, c’est la rue du Morbihan. "L'église Notre-Dame de Victoire, tout le monde l’appelle l’église Saint-Louis", explique la guide conférencière Elodie Offredo.

Un autre épisode de l’aventure de la Compagnie des Indes a été mis en place à la Maison de l’Agglomération avec l’exposition "Tromelin", qui retrace l’histoire des esclaves abandonnés pendant 15 ans sur une île déserte au large de Madagascar.