Les inestimables rouleaux peints du musée d’art de Pékin présentés à Gaillac

Par @Culturebox
Publié le 10/08/2018 à 10H08
140 oeuvres exceptionnelles du Musée d'art de Pékin sont exposées pour la première fois en France, à Gaillac (Tarn)

140 oeuvres exceptionnelles du Musée d'art de Pékin sont exposées pour la première fois en France, à Gaillac (Tarn)

© Culturebox - capture d'écran

Certaines n’avaient jamais quitté la Chine. 140 œuvres provenant des riches collections du Musée d’art de Pékin sont présentées jusqu’au 31 octobre au Musée des Beaux-Arts de Gaillac. Parmi elles, des rouleaux peints inestimables exposés dans leur intégralité.

Des rouleaux peints d’une finesse incroyable dont les plus anciens remontent au 17e siècle. Des rouleaux de plus de 10 mètres, le plus long faisant même 17 mètres, qui sont présentés, chose rare, dans leur intégralité. Cela a nécessité de vider le musée de Gaillac de ses collections habituelles et de réaliser d’importants travaux pour garantir une hygrométrie parfaite pour ne pas altérer ces chefs d’œuvres. L’éclairage a également été entièrement repensé.

Reportage : S. Duchampt / C. Carrière / M. Bazerque / F. Jeannerat

https://videos.francetv.fr/video/NI_1265001@Culture


Gaillac et la Chine

140 œuvres sont présentées, des calligraphies, des peintures, des objets d’art ou encore des bronzes. Les rouleaux ont tous été réalisées par des peintres de grande renommée, et même par des empereurs. Et si ces pièces exceptionnelles ont atterri à Gaillac c’est que la ville entretient un lien particulier avec la Chine depuis le 18e siècle.

Grâce à un homme, Antoine Gaubil, né dans la cité tarnaise en 1689 et qui devint l’un des grands scientifiques français au service de la Chine au 18e siècle. Jésuite, mathématicien, géographe, astronome, linguiste, il fut l’un des premiers sinologues et laissa de très nombreux ouvrages sur l’histoire des peuples et des dynasties qui permirent de faire connaître en Occident la civilisation chinoise.

Trésors de Pékin à Gaillac Aff © DR