Le Vitra Design Museum ouvre ses portes aux frères Campana

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 30/09/2009 à 10H13
Le Vitra Design Museum ouvre ses portes aux frères Campana

Le Vitra Design Museum ouvre ses portes aux frères Campana

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_96213@Culture

Le Vitra Design Museum à Weil-am-Rhein, près de Bâle en Allemagne, organise jusqu'au 28 février 2010 une retrospective rassemblant les créations en design mobilier des frères Campana.

Depuis 1983, Fernando et  Humberto  travaillent ensemble dans le domaine du design, ou plutôt entre l'art et le design. C'est dans leur atelier de Sao Paulo au Brésil, qu'ils développent des meubles basés sur le quotidien, les matériaux déjà prêts, recyclés ou détournés.
Massimo Morozzi, directeur artistique d'Edra, les découvre, en 1997, lors d'une exposition à New York. Grâce à l'Italien, les Brésiliens sont ainsi passés d'une petite production artisanale au design en série... L'immense succès de leurs pièces comme les sièges Sushi, ou dernièrement la chaise Favela, composée de milliers de petits rebuts de bois, inspirent leurs pairs. Dans leur sillage, ils sont donc toute une génération, formée dans la centaine d'écoles de design du pays, à vouloir éclore, portée par l'explosion des entreprises de meubles, qui exportent considérablement, et par un gouvernement qui voit dans le design un argument de compétitivité et d'essor.
"Ils subliment avec poésie les matériaux pauvres, recyclent les déchets industriels, inversant les valeurs et libérant le Brésil de son image folklorique", souligne la Brésilienne Ethel Leon, historienne du design.
Décidément, on peut dire que le Brésil a une sacrée jolie patte. Le coup de pied de Ronaldo vaut de l'or, la tong Havaianas sublime nos doigts de pieds, les nouvelles basket à la mode écolo en caoutchouc recyclé (eh oui on y revient) donnent bonne conscience à notre démarche, et les fauteuils siglés des frères Campana nous donneraient presque envie de tatouer sur nos fessiers "Made in Brazil" !

-> Lire aussi cet article dans le temps.ch