L'œuvre d'Eduardo Arroyo, artiste provocateur et engagé, à la Fondation Maeght

Par @Culturebox
Mis à jour le 01/07/2017 à 16H37, publié le 01/07/2017 à 16H11
L'exposition Arroyo est à découvrir jusqu'au 19 novembre à la Fondation Maeght

L'exposition Arroyo est à découvrir jusqu'au 19 novembre à la Fondation Maeght

© France Télévision/culturebox

À Saint-Paul-de-Vence, la fondation Maeght consacre sa grande exposition d'été à Eduardo Arroyo, considéré aujourd'hui comme l'un des plus grands peintres espagnols de sa génération. Cet artiste engagé, qui a fui son pays pour préserver sa liberté, n'a jamais cessé, jusqu'à aujourd'hui encore, de dépeindre l'humanité.

La Fondation Maeght rend un bel hommage à Eduardo Arroyo jusqu'au 19 novembre 2017, l'année même du 80e anniversaire de l'artiste avec l'exposition "Dans le respect des traditions". Une belle occasion de découvrir, dans un parcours thématique, l'œuvre picturale riche et très construite de ce peintre rattaché au courant de la figuration narrative en Europe au début des années 60 en réaction à l'art abstrait et à la profusion d'images qui commence à déferler à l'époque.

Une rétrospective de l'oeuvre d'Eduardo Arroyo, né le 26 février 1937 à Madrid, toujours actif et sans complaisance, et qui dans son oeuvre a souvent dépeint cette Espagne qu'il a quittée pour retrouver sa liberté. Son travail est hanté par le sentiment d'amour-haine qu'il voue à son pays natal.  Allégorie de la vieillesse, il a peint cette année un Don Quichotte au vêtement rapiécé, traversant à dos d'âne une multitude de paysages espagnols.
 
Reportage : Véronique Varin, Eric Jacquet, J. Gross

https://videos.francetv.fr/video/NI_1029295@Culture


Intitulée non sans ironie "Dans le respect des traditions", ouverte samedi 1er juillet, l'exposition donne à voir des peintures et dessins, mais aussi des collages et sculptures. Elle illustre la diversité des matières utilisées par Eduardo Arroyo, artiste réputé pour son humour noir, son irrévérence, les double-sens à décrypter dans ses œuvres.  

On peut y contempler des peintures réalisées depuis 1964, d'autres inédites, de nombreux dessins, des collages, un ensemble de sculptures en terre cuite, en fer, en plâtre, en bronze et en pierres modelées ou des assemblages, entre fiction et réalité, comme cette série de têtes hybrides de Dante-Cyrano de Bergerac ou de Tolstoï-Becassine.

L'œuvre d'Arroyo est constituée d'une profusion de personnages et d'un éventail de couleurs. Car pour celui qui est aussi écrivain, la peinture se construit comme un roman avec un début et une fin, un thème et des personnages. Il utilise la narration avec humour et le goût du paradoxe. Épris de liberté, cet artiste engagé veut que sa peinture soit accessible au plus grand nombre.