L'artiste contemporain allemand Klaus Rinke unit les grands fleuves d'Europe dans "Instrumentarium"

Par @Culturebox
Mis à jour le 18/10/2017 à 16H34, publié le 18/10/2017 à 15H29
L'expo de Rinke à Tours

L'expo de Rinke à Tours

© France 3 Culturebox capture d'écran

Jusqu'au 1er avril 2018, le Centre de création contemporaine Olivier Debré de Tours accueille deux expositions parallèles : "L'instrumentarium", où Klaus Rinke travaille à partir des eaux des grands fleuves d'Europe. Et "Dusseldorf mon amour" qui rend hommage à la Kunst Akademie qui relança l'art après 1945 et où Rinke enseigna pendant 30 ans aux côtés d'Yves Klein ou Daniel Buren.

C'est un discours sur la guerre et sur la paix que tient l'artiste allemand Klaus Rinke avec "L'instrumentarium" exposé jusqu'au 1er avril 2018 au Centre de Création Contemporaine Olivier Debré (CCC OD) de Tours. Il a fait le tour de l'Europe et puisé des jarres d'eau dans tous les grands fleuves qui irriguent le continent. Son dispositif artistique parvient à faire se mélanger les eaux du Tage, de la Loire, du Danube ou du Rhin dans un grand message d'unité et d'espoir de paix. L'artiste précise qu'il s'est vu refuser d'emporter l'eau de la Tamise. Comme un symbole. Cette exposition avait déjà été montrée en France, c'était en 1985 et au Centre Pompidou, à Paris.

Reportage : France 3 Centre-Val de Loire J. Baume / P. Ferret / G. Engels

https://videos.francetv.fr/video/NI_1101781@Culture

"Dusseldorf mon amour"

Pendant une trentaine d'années, Klaus Rinke a enseigné à la Kunst Akademie de Düsseldorf. Cette école a été, au sortir de la seconde guerre mondiale, le coeur battant de la nouvelle création artistique allemande. Elle fait l'objet de la seconde exposition présentée pendant la même période au CCC OD de Tours. "Dusseldorf mon amour" montre la richesse de la création au lendemain du cataclysme provoqué par l'Allemagne nazie. Les Allemands n'ont pas été les seuls à la fréquenter ou à l'animer puisque Klaus Rinke y a croisé des artistes européens aussi importants que Daniel Buren ou Yves Klein.