Kaixuan Feng expose au Centre d'arts plastiques et visuels

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/01/2011 à 12H12
Kaixuan Feng expose au Centre d'arts plastiques et visuels

Kaixuan Feng expose au Centre d'arts plastiques et visuels

© Culturebox

L'artiste chinoise Kaixuan Feng expose actuellement ses oeuvres au Centre d'arts plastiques et visuels de Lille, dans le cadre de l'exposition "Parures et désaCorps: regards croisés sur l'identité féminine". L'artiste, avec quatre autres jeunes artistes issues de l'ERSEP (école régionale supérieure d'expression plastique) de Tourcoing, explore le rapport au corps et à ses carcans sociaux.  

https://videos.francetv.fr/video/NI_123125@Culture

A travers cette exposition lilloise, Kaixuan Feng questionne son identité de femme chinoise. On y découvre deux performances vidéos intitulées Maîtresse du thé et Mariage, et une mariée vêtue d'une robe réalisée avec des cuillères. Kaixuan aime utiliser des matérieux simples. En passant entre ses doigts, un sachet de thé devient une oeuvre d'art. Ses thèmes de prédilection : la condition féminine chinoise, la relation homme-femme, la rencontre ou encore le rapport au corps.
 
Kaixuan est une jeune performeuse chinoise de 28 ans, arrivée en France il y a cinq ans. Elle débute aux Beaux-Arts de Pékin, où elle apprend l'art académique chinois, en peignant des portraits et des paysages. Mais cela ne lui suffit pas. Selon elle, " en Chine, on apprend des techniques, mais on ne pense pas ". Elle décide alors de poursuivre sa formation en France, à l'ERSEP de Tourcoing, où elle étudie l'art contemporain.
 
Après avoir bénéficié d'un titre de séjour étudiant durant cinq ans, la jeune femme est aujourd'hui en situation précaire. Un permis de séjour d'un an au titre de profession indépendante lui a récemment été accordé. Loin d'être abattue par ces épreuves administratives, l'artiste projette aujourd'hui de réaliser des performances sur le titre de séjour français et ses contraintes.
 
Kaixuan n'est pas la seule artiste contemporaine chinoise a avoir choisi la France. Yan Pei Ming a lui aussi quitté la Chine il y a 30 ans pour fuir les contraintes de l'art officiel et la censure. Depuis, l'art contemporain chinois s'est épanoui et s'est développé. Aujourd'hui, l'artiste peut donc exposer dans son pays natal.

- > A voir aussi sur Culturebox :
-
De Zao Wou-Ki à Zhou Gang, la peinture chinoise modifie notre paysage
- Semaines chinoises de Rennes : la Chine au fil des notes