Divinités et esprits du Japon rôdent au musée des Confluences à Lyon

Mis à jour le 21/08/2018 à 20H06, publié le 21/08/2018 à 19H10
Exposition "Yokainoshima, esprits du Japon" au musée des Confluences à Lyon, jusqu'au 25 août 2019.

Exposition "Yokainoshima, esprits du Japon" au musée des Confluences à Lyon, jusqu'au 25 août 2019.

© culturebox - capture d'écran

Entre 2013 et 2015, Charles Fréger a parcouru l’archipel nippon pour photographier les figures masquées rituelles du Japon. Des traditions ancestrales qui rythment toujours la vie des habitants. Pour cette exposition programmée jusqu’en août 2019, 80 photos sont confrontées aux collections japonaises du musée des Confluences, débutées à la fin du 19e siècle par Emile Guimet.

Les traditions spirituelles nippones sont peuplées d’une multitude de divinités et d’esprits auxquels les Japonais font appel quotidiennement. Des divinités incarnées lors de cérémonies grâce à des costumes et masques rituels. Ce sont ces visages du Japon que le photographe Charles Fréger a voulu saisir.

Ces clichés des figures masquées font le lien avec les 200 pièces des collections japonaises du musée exposées pour l’occasion, comme un ensemble de magnifiques armures de samouraïs, des laques, des céramiques ou encore des masques de nô, des costumes rituels. Un voyage depuis les fondements des spiritualités japonaises jusqu’aux pratiques actuelles comme le manga ou les jeux vidéo.

Reportage : M. Figureau / S. Goldstein  / L. Marion

Guimet et le Japon

Grand voyageur, fasciné par l’Asie en général et le Japon en particulier, passionné par les rites et croyances, Emile Guimet (1836-1918) séjourne trois mois au Japon en 1876, dans le cadre d’une mission scientifique portant sur l’étude des religions. Un voyage qui constitue une étape primordiale dans la conception du premier musée Guimet à Lyon en 1879.

De ce séjour, il rapporte une multitude d’objets, peintures, sculptures et ouvrages. Une collecte considérée comme véritablement à l’origine des collections japonaises du musée des Confluences. Des collections qui, aujourd’hui, sont le fruit de quatre fonds constitués dans le courant du 19e siècle : le fonds du muséum d’Histoire naturelle, le fonds du musée Guimet de Lyon, les dépôts du musée des arts asiatiques-Guimet de Paris et le dépôt des Œuvres Pontificales Missionnaires à Lyon.