Des drones illuminent le Puy du Fou avec l'envol de 14 bougies géantes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/07/2016 à 15H13
Baptisés "Neopters", 14 drones font irruption dans le spectacle Cinéscénie du Puy du Fou 

Baptisés "Neopters", 14 drones font irruption dans le spectacle Cinéscénie du Puy du Fou 

© France 3 / Culturebox

C'est une première technologique : la Cinéscénie, le spectacle son et lumière nocturne du Puy du Fou, en Vendée, se joue maintenant avec quatorze drones. Développés par une entreprise nantaise, les "Neopters" accrochent un décor dans le ciel et offrent un ballet féerique aux spectateurs.

"Cinéscénie", le spectacle nocturne du Puy du Fou inspiré de l'histoire de la Vendée, a ajouté 14 bougies géantes à son scénario. Chaque soir, elles effectuent un ballet aérien, portées par des drones maison. 

L'entreprise Pixiel, basée à Bouguenais (Loire-Atlantique) a développé ces petits bijoux de technologie baptisés "Neopters". 

Reportage :  C. Amouriaux / D. Raveleau / J. Barré

https://videos.francetv.fr/video/NI_761049@Culture

Une mise en scène révolutionnaire

Quand les drones font irruption dans Cinescénie, c'est une vraie bousculade de l'histoire de la Vendée qui s'opère ! Car ces Neopters sont des drones d’une nouvelle génération, de nouveaux supports de mise en scène intelligents et autonomes, qui ajoutent une nouvelle dimension révolutionnaire au spectacle. 
neopter © France 3 / Culturebox

Un vrai défi technologique

Les bougies volantes forment la première flotte aérienne au monde capable de voler simultanément en plein air, de se synchroniser de manière autonome avec la musique, la vidéo ou la lumière et les acteurs pour exécuter une chorégraphie géante grâce à une intelligence embarquée.
Pour les développeurs de l'entreprise Pixiel, la réalisation des objets volants est une véritable prouesse de technologie. 
neopter2 © France 3 / Culturebox

Ils nous ont demandé de faire tout ce que l'on n'a pas le droit de faire : du volant-flotte, de nuit, près des spectateurs. Donc il a fallu travailler avec les autorités de régulation (la DGAC) pour faire évoluer le système en toute sécurité

Philippe Baranger, directeur technique de Pixiel

Parfaitement invisibles dans la nuit, ils élèvent dans les airs (à 60 mètres de hauteur) des décors lumineux mais aussi des dispositifs audios, vidéos, lumières, scénographiques ou dispositifs spéciaux, comme des effets pyrotechniques, et créent un véritable ballet aérien.