Le génie de Félix Nadar, pionnier de la photographie, à la Bibliothèque François Mitterrand à Paris

@Culturebox

Journaliste à France 2

Mis à jour le 16/11/2018 à 12H39, publié le 13/11/2018 à 12H54
Autoportrait de Félix Nadar.

Autoportrait de Félix Nadar.

© The J. Paul Getty Museum

Sans connaître son nom, nous avons tous un jour ou l'autre aperçu les photos de Félix Nadar. Elles sont entrées dans les livres d'histoire. Les images que nous gardons des grands noms du XIXe siècle - les Sarah Bernhardt, Victor Hugo et Baudelaire - sont bien souvent les siennes. Portrait d'un inventeur génial à l'occasion de l'exposition "Les Nadar" à la Bibliothèque François Mitterrand à Paris.

Il s'appelait Gaspard Félix Tournachon. Un drôle de nom auquel il préférait son surnom de Nadar. L'histoire l'a un peu oublié. Il fut pourtant immensément célèbre en son temps. Nadar a immortalisé les géants des arts et des lettres du XIXe siècle : George Sand, Charles Baudelaire, Alexandre Dumas, Sarah Bernhardt, Gioachino Rossini, Eugène Delacroix, Victor Hugo... La liste est longue. Ce génial portraitiste a joué un rôle important dans la postérité de ses contemporains. Ses clichés peuplent nos livres d'histoire. Ils ont souvent, sans qu'on le sache, façonné notre mémoire. 

Reportage : Valérie Gaget, Jean-Marie Lequertier, Cyril Brunet et Jean-Marc Perroux

https://videos.francetv.fr/video/NI_1315627@Culture

Né en 1820, Nadar est un vrai touche-à-tout. Il commence par le dessin de caricature. Il travaille pour de petits journaux illustrés. En 1849, il est le premier dessinateur à publier une bande dessinée. Elle s'intitule "Mossieu Réac". Il se lance ensuite dans la réalisation d'une grande fresque, le Panthéon Nadar. Il croquera près de 250 portraits en pied de ses contemporains : les hommes de lettres, les peintres, les musiciens, les journalistes... toutes les gloires en devenir de son siècle. En février 1854 paraît la première et unique planche. Ce sera un succès de presse mais un échec commercial. Qu'importe. Ce Panthéon inachevé fera sa renommée.
Théophile Gautier caricaturé par Nadar

Théophile Gautier caricaturé par Nadar

© BNF
A la trentaine, Nadar se lance dans la photographie, une invention récente alors en plein développement. Il achète grâce à un prêt du vieux matériel de Daguerre et le transforme. Dans son premier atelier parisien, ouvert en 1853 rue Saint Lazare, vont défiler toutes les célébrités de l'époque. On s'y bouscule pour se faire tirer le portrait. Au point que les cochers transportant la clientèle rebaptiseront la rue Saint Lazare, rue Saint Nadar !

Il invente le portrait moderne

La Bibliothèque nationale François Mitterrand consacre une exposition aux Nadar, et notamment à Félix. Nous avons demandé à Jérôme Bonnet, un photographe dont les portraits sont régulièrement publiés dans Libération et Télérama, de nous donner ses impressions après la visite de cette exposition. Il se dit frappé par la modernité des clichés de Félix. "Il y a quelque chose dans ses photos qui n'a pas pris une ride, qui reste", explique-t-il. "C'est à la fois simple, très fort. Il n'y a aucun maniérisme. Les gens sont très présents."

Selon lui, la magie de ses portraits est qu'ils ne sont pas du tout datés par une technique. "Nadar pose dès le départ des codes qui sont toujours valables. Il fait des portraits d'une manière qui a l'air évidente aujourd'hui sauf qu'à l'époque, personne ne le faisait (...) Par rapport à la technique de l'époque, il va aussi loin qu'il peut, même dans le mouvement, en ayant une expression pas du tout figée. Même la photo un peu floue de Baudelaire aurait pu être faite hier".  

La beauté de Sarah Bernhardt et la mort de Victor Hugo

L'exposition donne à voir quelques-uns des plus beaux portraits de Félix Nadar. La jeune Sarah Bernhardt, à l'orée de sa carrière, le corps drapé de noir, appuyée sur une colonne comme dans un décor de théâtre.
Sarah Bernhardt vers 1864

Sarah Bernhardt vers 1864

© BNF
Le regard pétillant d'Alexandre Dumas. Nadar capte aussi le spleen de son ami Charles Baudelaire. La majesté de Théophile Gautier dans son manteau noir. Grand admirateur de Victor Hugo, Nadar est appelé le 22 mai 1885 pour photographier l'écrivain sur son lit de mort, une pratique usuelle à l'époque. Son fils Paul, qui l'accompagnait ce jour-là, estimait que ce cliché, pris par son père en larmes, était peut-être son chef d'oeuvre. Il raconte: "Mon père n'avait pas voulu transporter tout son matériel. Victor Hugo a été photographié à la seule lumière du jour et des lampes (...). C'est le soleil qui l'a éclairé pour la dernière fois".
Victor Hugo sur son lit de mort, mai 1885

Victor Hugo sur son lit de mort, mai 1885

© Bibliothèque Nationale de France
Dans l'excellent documentaire "Nadar, le premier des photographes" qu'elle a réalisé pour Arte avec Stéphanie de Saint Marc, Michèle Dominici explique que "Nadar sait prendre son temps". Il réussit par exemple à convaincre son amie George Sand, qui n'avait guère goûté sa première expérience photographique, de venir dans son atelier. Il la fait bavarder. Ses traits se détendent. Elle sortira enchantée de sa séance de pose et trouvera ses photographies "superbes". Pour Michèle Dominici, Nadar reste le premier grand portraitiste de la photo et le premier "faiseur de célébrités" du monde moderne. 

Un aventurier de la photographie dans les airs

Cet aventurier de la photographie ne recule devant aucun défi. Fervent républicain, il croit fermement au progrès et s'intéresse à toutes les inventions de son temps. Il se passionne notamment pour la conquête de l'air et fonde la "Société d'encouragement pour la locomotion aérienne au moyen d'appareils plus lourds que l'air". Il fait construire sur ses deniers personnels un immense ballon de 45 mètres de hauteur, "Le Géant". Les recettes des ascensions devaient permettre de financer sa société.
Félix Nadar reconstitue dans son atelier un voyage en ballon avec sa femme Ernestine

Félix Nadar reconstitue dans son atelier un voyage en ballon avec sa femme Ernestine

© BNF

Le premier voyage, au départ du Champs de Mars à Paris, fait événement, attirant 200 000 personnes. Mais le second se solde par un accident mémorable à l'atterrissage. Félix Nadar fait partie du voyage avec son épouse Ernestine. Le Géant s'écrase aux environs de Hanovre en Allemagne. L'exposition montre comment, à l'aide d'une grande nacelle, Nadar a tenté de reconstituer dans son atelier des images de cet accident. Criblé de dettes, il devra vendre le ballon en 1867 mais continuera à défendre la cause du plus lourd que l'air.

La terre vue du ciel

Nadar est l'auteur de la toute première photo de la terre vue du ciel. Ce cliché a aujourd'hui disparu mais on sait que c'est au dessus de la vallée de la Bièvre, dans l'Essonne, que Nadar a réussi l'incroyable à bord d'une montgolfière. La légende dit que pour réussir l'ascension, Nadar a dû se délester d'une grande partie de ses vêtements. Il fera des dizaines de tentatives avec une chambre photographique portative et un laboratoire ambulant. Il lui faudra des années pour améliorer la qualité de ses clichés aériens.

Pour sa biographe, Stéphanie de Saint Marc, difficile d'imaginer la révolution que cela représente à l'époque : "Un vrai basculement du regard" dit-elle. "Il y a une nouveauté totale qu'on a aujourd'hui du mal à apprécier". Ses photos de l'Arc de Triomphe à Paris ou du bois de Meudon feront sensation. "Elles font partie de la légende de l'atelier Nadar", poursuit-elle. Ce n'est pas un hasard si Jules Verne prend Nadar pour modèle. Ce grand rouquin d'un mètre 90 lui a inspiré le personnage principal de "Voyage de la terre à la lune" : le capitaine Michel Ardan. Ardan n'est rien d'autre que l'anagramme de Nadar.  

Les premières photos souterraines

Après le ciel, Nadar voyage dans les profondeurs. Sylvie Aubenas, responsable du département des estampes et de la photographie à la BNF nous fait découvrir, rangés dans de grands volumes, les clichés qu'il a réalisés dans les catacombes de Paris en 1862 puis dans les égouts en 1864. Sous terre, Nadar utilise pour la première fois la lumière artificielle qu'il a commencé à tester en atelier pour ses portraits. Sylvie Aubenas nous explique que les temps de pose étaient si longs, de l'ordre de 18 minutes, qu'il a eu recours à des mannequins pour figurer les personnes travaillant dans ces lieux souterrains. L'illusion est parfaite. Difficile en observant ces clichés de deviner le subterfuge. 

Les catacombes de Paris photographiées par Nadar en 1862

Les catacombes de Paris photographiées par Nadar en 1862

© BNF
Nadar inventera aussi avec son fils Paul la lampe au magnésium, en quelque sorte l'ancêtre du flash. Toute sa vie, en chercheur insatiable, il déposera des brevets. Certains exemplaires sont d'ailleurs présentés dans l'exposition. 
Nadar mourra brutalement en 1910 à l'âge, très respectable pour l'époque, de 89 ans. Ce génie flamboyant, un peu oublié par la postérité, repose dans une tombe discrète au cimetière du Père Lachaise à Paris.