Aurélie Filippetti annonce l'arrêt de plusieurs projets culturels

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/09/2012 à 12H25
La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti

La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti

© REVELLI-BEAUMONT/SIPA

La ministre de la Culture a annoncé l'arrêt de plusieurs projets du précédent gouvernement, comme l'Hôtel de Nevers pour la photographie, le Centre d'art pariétal Lascaux 4, la salle supplémentaire pour la Comédie française

Aurélie Filippetti a fait cette annonce dans une interview au Monde daté de mardi.

La Maison de l'histoire de France chère à Nicolas Sarkozy est arrêtée, confirme-t-elle. Elle l'avait déjà implicitement annoncé il y a quelques jours.

"De même, la création d'un musée de la photo à l'hôtel  de Nevers, à Paris, annoncée sans préparation, est interrompue". L'Hôtel de Nevers, situé près du site "Richelieu" de la BNF, devait abriter en plein coeur de Paris un nouvel espace entièrement consacré à la photographie, à partir de 2014. Frédéric Mitterrand l'avait annoncé aux Rencontres d'Arles en juillet 2011. Cette salle de 650 m2 devait être gérée par le Jeu de Paume et devait assurer des expositions historiques.

https://videos.francetv.fr/video/NI_132499@Culture

Lascaux 4, un projet "non prioritaire" 
"Lascaux 4, autrement dit le Centre d'art pariétal, 50 millions d'euros  pour un projet non prioritaire, nous l'arrêtons", annonce Aurélie Filippetti.

Lascaux 4 devait proposer une fidèle réplique de la grotte de Lascaux (Dordogne), fermée au public depuis 1963 en raison de la dégradation des peintures. Un comité de pilotage Etat, région Aquitaine et département de la Dordogne avait été mis en place en novembre dernier. Cinq équipes d'architectes avaient été retenues sur les 90 qui étaient en lice. D'ambition internationale, Lascaux 4 visait à compléter Lascaux 2 (Le 1er fac-similé de la plus célèbre grotte ornée du monde) pour accueillir plusieurs centaines de milliers de visiteurs par an. 

Des projets arrêtés, d’autres suspendus ou reportés 
"Idem pour la salle supplémentaire de la Comédie-Française, à la Bastille",  ajoute-t-elle. La Comédie française a déjà trois salles, la salle Richelieu au Palais-Royal, le théâtre du Vieux-Colombier dans le 6e arrondissement et le Studio-Théâtre sous la pyramide du Louvre. L'ex-ministre de la Culture Frédéric Mitterrand avait annoncé l'installation d'une nouvelle salle dans l'Opéra Bastille.

La ministre indique qu'elle entend faire porter l'effort budgétaire sur "certains projets, annoncés avec légèreté et, pour l'essentiel, non budgétés par l'équipe Sarkozy. Le total de ces projets dépasse le milliard d'euros. Nous en arrêtons certains, nous en suspendons ou en reportons d'autres".

La tour Utrillo à « redimensionner »
Aurélie Filippetti estime par ailleurs qu'il faut "retravailler" la tour Utrillo, à Clichy-Montfermeil. Elle veut "redimensionner avec les élus" cet autre projet de son prédécesseur Frédéric Mitterrand qui avait annoncé une "Villa Médicis" dans cette tour de Seine-Saint-Denis. Elle devait accueillir en résidence des artistes du monde entier.

Pour la photographie à Arles, le déménagement de l'Ecole de photographie aura lieu mais la seconde phase du projet "doit être réexaminée". A l’étroit dans ses locaux, l’école, créée il y a 30 ans, devait rejoindre les anciens ateliers SNCF d’Arles pour y devenir un « centre d’enseignement supérieur, de recherche et de conservation de a photographie ouvert à tous les publics ».

Le projet des réserves de Cergy conservé en partie
Le Centre des réserves de Cergy, lui, "répondait au souci de protéger les réserves du Louvre menacées par des crues importantes de la Seine", objectif auquel s'était greffé un projet beaucoup plus coûteux et plus long à mettre en place, porté par les élus, de centre de recherche et d'exposition ouvert au public", a déclaré la ministre de la Culture. "Nous allons répondre à l'urgence patrimoniale, mais l'idée d'un grand  centre n'était pas financée et ne pourra pas l'être aujourd'hui", détaille-t-elle.

Pour l'hôtel de la Marine, place de la Concorde, "tout est suspendu au calendrier du ministère de la Défense, qui doit d'abord quitter les lieux", relève-t-elle. Il est actuellement occupé par l'Etat-major de la Marine.

Les grands chantiers engagés sont poursuivis
La ministre envisage de "rééchelonner" les schémas directeurs de grands  établissements comme le château de Versailles et le Grand Palais.

En revanche, les grands chantiers "véritablement lancés ou qui arrivent à maturation", comme la Philharmonie de Paris, le Mucem (Musée des civilisations  d'Europe et de Méditerranée de Marseille), les Archives nationales à  Pierrefitte (prêtes à être inaugurées) ou le Musée Picasso à Paris, "seront achevés dans le rythme prévu", a-t-elle assuré.

Premières réactions à ces annonces
Les annonces d'Aurélie Filippetti ont commencé à faire des vagues. Bernard  Cazeau, président PS du Conseil général de Dordogne, terre du site préhistorique de Lascaux, a dit sa "surprise" et demandé audience à François  Hollande sur le projet. "Le projet Lascaux 4 n'est en rien abandonné, même si l'Etat se désengage", a affirmé Bernard Cazeau. "On nous coupe le carburant en plein vol, c'est de l'inconscience", a-t-il déclaré.

Michèle Tabarot, déléguée générale de l'UMP, estime que "le gouvernement va  casser le ressort culturel en France".

Franck Riester, secrétaire national de l'UMP en charge de la communication,  considère que François Hollande "rompt avec la "continuité républicaine" dans le domaine de la culture, qui a vu sous la Vème République chaque Président de la République nouvellement élu mener à terme les projets lancés par son prédécesseur".

D'autres comme Jean-Jacques Aillagon, soutiennent la démarche : "Aurélie Filippetti sait faire preuve de lucidité et de détermination quand elle met un terme ou qu'elle suspend ces projets mal ficelés et non financés qui avaient fini par devenir mortels pour le ministère de la Culture", affirme l'ancien ministre de la Culture de Jacques Chirac.