"Antarctica" : à Lyon, Luc Jacquet pose le musée des Confluences sur la banquise

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/04/2016 à 11H40
Partagé entre timidité et curiosité, attitude classique du phoque de Weddell nouveau-né

Partagé entre timidité et curiosité, attitude classique du phoque de Weddell nouveau-né

© Laurent Ballesta

Jusqu'au 31 décembre 2016, le musée des Confluences, à Lyon, propose un extraordinaire voyage au pôle Sud. L'exposition "Antarctica" est imaginée comme une immersion totale en milieu polaire. Sur et sous la glace. Des photos et des films qui donnent au visiteur l'impression d'évoluer sans danger dans ce milieu hostile et de côtoyer sa faune sans prendre de risque.

Luc Jacquet est heureux. Grâce à ce cinéaste naturaliste que le monde entier a découvert en 2005 avec son film "La marche de l'empereur", le grand public peut enfin approcher les sensations qu'il a connues lors de ses voyages au pôle Sud, parmi les manchots et les phoques.

Avec deux photographes (l'un sur la glace, l'autre en dessous), et avec son équipe de techniciens, Il réussit le prodige de recréer l'immensité de l'océan et de la banquise dans un espace fermé, le musée des Confluences de Lyon.

Reportage : J. Sauvadon / S. Goldstein / S. Bouix

https://videos.francetv.fr/video/NI_687849@Culture


Certes, la visite ne se déroule pas par moins 50°, mais les techniques utilisées permettent de se faire une idée assez précise, à la fois poétique et naturaliste, de ce que peut représenter un voyage dans ces contrées extrêmes. En plus de l'intérêt strictement documentaire de cette exposition, la beauté des images en fait une remarquable expérience artistique.

Une colonie d'empereurs dans la tourmente

Une colonie d'empereurs dans la tourmente

© Vincent Munier