Biennale d’art contemporain de Saint-Paul de Vence : un été avec Jan Fabre, David Nash...

Publié le 12/06/2018 à 11H43
"L'homme qui porte la croix" de Jan Fabre pour la biennale internationale d'art contemporain de Saint-Paul de Vence

"L'homme qui porte la croix" de Jan Fabre pour la biennale internationale d'art contemporain de Saint-Paul de Vence

© France 3 / Culturebox

Saint-Paul de Vence accueille sa première Biennale Internationale d’art contemporain jusqu’au 31 août. La Fondation Maeght, présente à proximité du village depuis 1964, contribue à en faire un lieu privilégié de l’art moderne. Pour cette première édition, les visiteurs pourront découvrir les œuvres de treize artistes internationaux.

A Saint-Paul de Vence, la lavande se trouve dans les champs… Et dans les œuvres d’art. Celle de Tania Mouraud, une installation florale et évolutive, est à découvrir aux côtés du travail de douze autres artistes. Le village qui est un lieu culturel depuis la fin du 19e siècle, accueille sa première biennale d’art contemporain, tout au long de l’été.  

Reportage O.Orsini, H.Nicolas, J.Juvigny

https://videos.francetv.fr/video/NI_1250147@Culture

Ses remparts, ses boulistes, ses vieux murs, tout ce qui fait le charme du village de Saint-Paul de Vence se retrouve dans la biennale qu’il accueille. A l’entrée de la commune, impossible de manquer l’œuvre d’Arik Lévy. Faite en inox, elle est invisible de loin, mais crée un jeu de reflets dès qu’on s’en approche, plus qu’un simple miroir, elle fait douter le spectateur sur ce qu’il voit.  

Son reflet apparaît comme en profondeur

Arik Lévy, artiste
Oeuvre d'Arik Levy, biennale de Saint-Paul de Vence

Oeuvre d'Arik Levy, biennale de Saint-Paul de Vence

© PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP/ FRANZ CHAVAROCHE

Autre œuvre, autre ambiance avec "L’homme qui porte la croix" du belge Jan Fabre, une sculpture conçue spécialement pour la biennale. Olivier Kaeppelin, son président, aime que la croix en équilibre soit vue de tous, et que chacun puisse la découvrir de jour, comme de nuit. "L’art dans l’espace public c’est très important", appuie-t-il.

Des spectatrices se regroupent autour de l'oeuvre de Jan Fabre

Des spectatrices se regroupent autour de l'oeuvre de Jan Fabre

© PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP/ FRANZ CHAVAROCHE

L’espace public est aussi le cœur de l’œuvre "Tout doit avoir une fin, sauf mon amour pour toi", une installation florale et olfactive qui va évoluer durant la biennale. Composée de lavande, elle accueille des abeilles et des papillons. Pour aider les espèces en danger, l’artiste Tania Mouraud a créé un havre de paix. "Le lieu de vie de l’abeille c’est l’art", dit-elle. 

L'oeuvre florale de Tania Mouraud "Tout doit avoir une fin, sauf mon amour pour toi" 

L'oeuvre florale de Tania Mouraud "Tout doit avoir une fin, sauf mon amour pour toi" 

© PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP/ FRANZ CHAVAROCHE