Le carnaval de Bray-Dunes a un nouveau tambour-major, Nount'che 1er

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/01/2015 à 15H09
Passation de pouvoir entre Pompon Ier et Nount'che Ier, tambours-majors

Passation de pouvoir entre Pompon Ier et Nount'che Ier, tambours-majors

© Capture d'image France3/Culturebox

La saison des carnavals a commencé dans le Dunkerquois. Bray-Dunes, dans le Nord, a débuté en fanfare avec la nomination de son tambour-major. Une intronisation historique.

Les carnavaleux de Bray-Dunes sont fiers. Ils ont désormais un tambour-major du cru. Il s’appelle Nount’che Ier, alias Loic Verheecken. Ce Bray-Dunois de 35 ans, musicien amateur, mènera désormais la bande dans sa commune. 

Reportage : A.Mery/S.Rosenstrauch/M.Vansteenkiste

https://videos.francetv.fr/video/NI_154849@Culture

 
Une nomination historique
 
Jusqu’à maintenant, c’est Pompon 1er qui menait la bande des pêcheurs. Ce tambour- major de Bergues est venu dépanner Bray-Dunes, les jours de carnaval, pendant près de 26 ans. Dimanche 18 janvier 2015, il a passé le relais à un enfant du pays. Loic Verheecken a été intronisé par la confrérie des tambours-majors du carnaval de Dunkerque. Une fierté et un honneur pour cet ambulancier : « Je suis musicien depuis l’âge de 5 ans et carnavaleux en plus. Donc c’est vraiment une fierté d’avoir été choisi comme tambour-major ».  
 
Tambour-major : le chef de bande
 
Dans la tradition des carnavals dunkerquois, le tambour-major guide la musique de la bande des pêcheurs. C’est un personnage primordial qui marque les pauses et les chahuts. Le premier tambour-major dont on a connaissance menait la musique en 1850. Il était coiffé d'un shako loué chez un fripier et avait pour nom « Pint'je Bier », en référence à la boisson locale. Cette tradition fut ensuite poursuivie par ses successeurs. Le plus célèbre tambour-major du carnaval de Dunkerque fut Jean Minne dit Cô-Pinard II. En sa mémoire fut écrit l'Hymne à Cô-Pinard, qui est chanté à la fin des carnavals de Dunkerque et sa région, juste avant la Cantate à Jean Bart.