Festival d’art pyrotechnique de Cannes, l’Azerbaïdjan ouvre le bal

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 16/07/2015 à 19H07
Feu d'artifice de l'Azerbaïdjan 

Feu d'artifice de l'Azerbaïdjan 

© Festival d'art pyrotechnique de Cannes

Coup d’envoi de la 35ème édition du festival d’art pyrotechnique de Cannes. C’est l’Azerbaïdjan qui a ouvert la compétition ce 14 juillet. Six maitres artificiers de cinq pays sont en lice. Le ciel de la Croisette va briller de mille feux jusqu’à la fin de l’été.

Jusqu’au 24 août, un feu d’artifice sera tiré chaque semaine au large de la baie de Cannes dans le cadre du festival d’art pyrotechnique de Cannes. Un spectacle de 25 minutes sous les yeux d’un jury. Le pays gagnant recevra la "vestale d’argent".
 
Reportage : F. Montagne / L. Verdi / P. Naudin / B. Mariani

https://videos.francetv.fr/video/NI_485255@Culture

Cinq pays en compétition

Comme chaque année, le festival réunit les meilleurs artificiers du moment. L’Azerbaïdjan a fait l’ouverture du festival avec la firme Baku Firework Group le 14 juillet. Place ensuite à la Pologne le 21 juillet avec Surex, un habitué du festival. Pour Intermede Artifices qui représente la France le 29 juillet et Pyrotex la Grande-Bretagne le 7 août, ce sera une première à Cannes. En clôture de la compétition, le ciel sera livré aux poudres multicolores de Jupiter, en compétition pour l’Argentine le 15 août. Le 24 août, c'est la France, avec Prestatech, qui refermera l'édition 2015. Un bouquet final (hors compétition) plein de promesses visuelles, après leurs "Vestales" d'argent en 2009 et d'or en 2010.

Les critères pour remporter la "vestale d’argent"

Innovation, richesse esthétique, mise en scène, synchronisation, rythmique… tous ces critères sont pris en compte par le jury. "Le spectacle doit aussi durer 25 minutes", rappelle Sophie Dupont la directrice de la programmation du festival. Parallèlement, les spectateurs ont depuis plusieurs années la possibilité de voter pour décerner le "Prix du Public", une reconnaissance très prisée des artificiers.

Les coulisses du festival

Petite nouveauté pour cette 35ème  édition, les maîtres artificiers disposent cet été d’un plan de tir plus grand que les années précédentes (450 mètres de long). Ils peuvent installer leurs fusées et leurs bombes sur trois énormes barges et dix bargettes. Un matériel lourd et contraignant à installer. « Le montage débute trois nuits avant le feu d’artifice, explique Jean-Marc Solbes, chef de projet du festival. C’est à dire trois nuits de travail pour arriver à un résultat qui dure vingt-cinq minutes. C’est là toute la difficulté de cet art ».