Boutros Boutros-Ghali, mort d'un lettré francophile

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/02/2016 à 11H26
Boutros Boutros-Ghali en 2003

Boutros Boutros-Ghali en 2003

© JEAN-PIERRE MULLER / AFP

Boutros Boutros-Ghali, l'ancien secrétaire général de l'ONU entre 1992 et 1996, décédé le 16 février 2016 était aussi un ardent défenseur de la langue française et un grand amateur d'art. Cet Égyptien fut une figure importante de la Francophonie dont il fut le premier secrétaire général entre 1997 et 2002. Il collectionnait les livres rares et les toiles de Matisse.

Disparu le 26 février 2016 à l'âge de 93 ans, l'ancien secrétaire général de l'Onu, Boutros Boutros-Ghali avait fait une grande partie de ses études en France. Après une licence de droit obtenu à l'université du Caire, sa ville natale, il avait étudié à la Sorbonne dont il sortit titulaire d'un doctorat en droit puis, toujours à Paris, à l'Institut d'Etudes Politiques dont il sortit diplômé. Sa connaissance et son amour de notre langue avaient justifié la décision de Jacques Chirac, en 1997, de lui confier la charge de secrétaire général de la Francophonie, poste qui venait d'être créé.

Sujet : C. Boudin / B. Duval

https://videos.francetv.fr/video/NI_631722@Culture


Au delà de sa carrière diplomatique et de ses succès, notamment le rapprochement entre l'Egypte et Israël, Boutros Boutros-Ghali était de ces hommes d'Etat qui, de François Mitterrand à Léopold Sedar-Senghor, accordaient une très large place à la lecture et à l'art. L'Egyptien collectionnait les toiles d'Henri Matisse et les livres rares. Comme il le confiait lors d'une interview dont un extrait figure dans le sujet ci-dessus, le diplomate était heureux de posséder, notamment, un exemplaire de la première édition de "L'étranger", dédicacée par Albert Camus.