Au Vitra Design Museum, des chaises qui en disent long sur le pouvoir

Mis à jour le 11/11/2018 à 22H19, publié le 27/10/2018 à 14H01
Ivanka Trump, Christine Lagarde, et Angela Merkel assises sur "Esat River Chair" d'Hella Jongerius (2013/14) pendant le sommet W20 Women’s Summit à Berlin, 2017.

Ivanka Trump, Christine Lagarde, et Angela Merkel assises sur "Esat River Chair" d'Hella Jongerius (2013/14) pendant le sommet W20 Women’s Summit à Berlin, 2017.

© Picture Alliance / REUTERS, photo: Hannibal Hanschke

En cuir, en bois, en fer. Confortable ou épurée. Opaque ou transparente. Minimaliste ou démesurément grande. Une chaise dit quelque chose d’une époque, d’un continent ou de celui à qui elle est destinée. Grâce à une vingtaine de sièges emblématiques, le Vitra Design Museum, en Allemagne, propose aux visiteurs de découvrir "les chaises du pouvoir".

Ivanka Trump, Christine Lagarde, Angela Merkel : ces trois femmes incarnent le pouvoir. Lors du sommet Women20 - le G20 des femmes - les chaises sur lesquelles elles sont assises disent aussi autre chose : le tissu de rembourrage coloré, le dossier court et les accoudoirs intégrés sont censés symboliser l'ouverture et la pluralité. C'est en tous cas ce qu'Hella Jongerius a souhaité représenter avec cette "East River Chair" (2013/14), conçue pour le siège des Nations Unies à New York. A l'opposé, le trône de Jean-Paul II utilisé lors de sa visite à Zagreb en 1994 reprend les codes traditionnels du pouvoir politique et religieux : dossier haut et raide, assise suscitant une posture formelle.

Asseoir le pouvoir

Situé juste de l'autre côté du Rhin, à Weil am Rhein en Allemagne, le Vitra Design Museum montre les liens qui existent entre le design et l'époque et comment les dirigeants choisissent littéralement d'asseoir leur pouvoir. Avant même qu'ils ne prononcent leur discours, leur chaise a déjà parlé pour eux. 

Reportage : France 3 Alsace, S. Gaudry / V. Lemiesle / A. Ahmed 
Exposition "Les chaises du pouvoir" - Vitra Design Museum

La démocratie par le siège

Lors du débat télévisé de 1960 aux Etats-Unis, John F. Kennedy et Richard Nixon prennent place sur "JH501" (1949/50) de Hans J. Wegner. Le modèle en bois au design moderne et sobre sert alors à servir les idéaux d'une politique au style plus modeste et plus populaire, éloigné du faste et des dorures d'un trône de souverain... pourtant toujours utilisé en France par les chefs d'Etat. 

Emmanuel Macron après son investiture en 2017. 

Emmanuel Macron après son investiture en 2017. 

© Getty, photo: Charles Platiau

Au XXe siècle, le confort du siège devient signe de luxe et d'influence, à l'instar de la chaise Barcelona de Ludwig Mies van der Rohe pour l’élégant pavillon allemand de l’exposition internationale de 1929 à Barcelone. Un fauteuil devenu culte. Il sera même utilisé au cinéma par James Bond (Daniel Craig) dans Casino Royale en 2006. 

  • Casino Royale - Mies van der Rohe - Barcelona Chair
  • Ludwig Mies van der Rohe, MR 90, / Barcelona Chair, (designed 1929)
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • Casino Royale - Mies van der Rohe - Barcelona Chair

    © Sony Pictures / Metro-Goldwyn-Mayer Casino Royale - Mies van der Rohe - Barcelona Chair

  • Ludwig Mies van der Rohe, MR 90, / Barcelona Chair, (designed 1929)

    © Vitra Design Museum, photo: Jürgen HANS www.objektfotograf.ch Ludwig Mies van der Rohe, MR 90, / Barcelona Chair, (designed 1929)

    Ludwig Mies van der Rohe, MR 90, / Barcelona Chair, (designed 1929)  

Un trône de fer et de sang

L'artiste Gonçalo Mabunda a, lui, fait du trône un objet de dénonciation de la guerre civile au Mozambique. Il recycle des armes et de la ferraille pour créer des sièges ornementaux, faisant écho aux symboles traditionnels du pouvoir des chefs de tribus africaines. Le dossier est un entrelacs de fusils, de crosses ou de cartouches, posé sur des lance-roquettes. 
Gonçalo Mabunda, www.crise.com (designed 2012)

	 

Gonçalo Mabunda, www.crise.com (designed 2012)  

© Vitra Design Museum, photo: Jürgen HANS www.objektfotograf.ch