Bernard Pras, le plasticien qui cache des secrets dans le chaos

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/12/2017 à 22H00, publié le 13/12/2017 à 10H37
"Vincent van Gogh", de Bernard Pras (détail)

"Vincent van Gogh", de Bernard Pras (détail)

© France 3 Culturebox capture d'écran

Jusqu'au 20 mai 2018, le plasticien Bernard Pras expose "Sans objet" au musée du Touquet-Paris-Plage. Sortes d'anamorphoses, ses oeuvres sont composées d'objets de récupération apparemment placés au petit bonheur. En s'éloignant de l'oeuvre, le visiteur découvre une logique et une représentation cohérente. Une démarche qui va bien au-delà de l'anecdote visuelle.

A priori, le visiteur de l'exposition a affaire à des tas d'objets de récupération, disposés en tas ou fixés à la verticale sur des toiles. Ce sont de menus rebuts de notre société consumériste, déchus de leur utilité. Mais l'artiste Bernard Pras, n'a pas comme souvent, juste voulu fustiger les excès d'une humanité. Ces déchets, ces restes, ils les a transformés en matière première, celle de sa création. Il suffit de se reculer, de donner de l'air à sa vision pour découvrir un tout, une composition cohérente, figurative, souvent en référence à une peinture ou une image déjà connue du visiteur.

A l'image des grands de l'anamorphose, comme Salvador Dali ou Arcimboldo, Pras trompe nos sens et joue avec le fonctionnement de notre cerveau. Un art difficile complètement maîtrisé et dont l'effet surprend autant qu'il trouble.

Reportage : France 3 Côte d'Opale C. Sala / N. Haberer / R. Pohier

https://videos.francetv.fr/video/NI_1141879@Culture


L'affiche de l'exposition de Bernard Pras © DR