Assemblée nationale : trois des quatre œuvres d'art disparues refont surface

Par @Culturebox
Mis à jour le 11/04/2018 à 11H55, publié le 11/04/2018 à 11H38
À l'Assemblée nationale,  vue Hémicycle lors des questions au gouvernement (3 avril 2018)

À l'Assemblée nationale,  vue Hémicycle lors des questions au gouvernement (3 avril 2018)

© Nicolas Messyasz / Sipa

Trois des quatre œuvres d'art "portées disparues" à l'Assemblée nationale après le dernier inventaire annuel ont été retrouvées, a-t-on appris mercredi auprès de la présidence, confirmant une information de l'hebdomadaire Le Canard enchaîné.

Dans son édition de mercredi, l'hebdomadaire satirique rapporte que deux des œuvres, dont il avait révélé la disparition la semaine précédente, ont réapparu "posées contre un mur dans une salle de commission". Enfin, une troisième œuvre a été restituée aux services de l'Assemblée par un anonyme.

La présidence de l'Assemblée nationale a confirmé cette information auprès de l'AFP. Elle a ajouté que "la plainte déposée est maintenue pour le tableau toujours porté disparu et est retirée pour les trois autres" et indiqué que "les valeurs estimées des 4 tableaux allaient de 49 à 3.500 euros".

C'est la brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire parisienne qui avait été saisie de l'enquête.

Les œuvres de Takis, Texier et la gravure d'un auteur inconnu sont réapparues, la toile de Télémaque toujours dans la nature

Le Canard enchaîné avait révélé la semaine dernière la disparition de ces quatre pièces : une œuvre de Takis appartenant au Fonds national d'art contemporain, un tableau d'Hervé Télémaque, un autre de Richard Texier et une gravure d'un auteur inconnu, ces trois dernières pièces appartenant à l'Assemblée. La toile toujours manquante est celle d'Hervé Télémaque, selon l'hebdomadaire.

La disparition de ces œuvres qui étaient "accrochées au mur dans des bureaux avait été constatée à la suite d'un recensement "effectué par la cellule oeuvres d'art du service des affaires immobilières et du patrimoine fin 2017", avait indiqué la présidence.