Voyage en terres marocaines dans les "Jardins des secrets" de Haute-Savoie

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/04/2016 à 16H55
"Les Jardins des secrets" vous transportent au Maroc et en Tunisie 

"Les Jardins des secrets" vous transportent au Maroc et en Tunisie 

© France3/Culturebox

Un peu de Maroc et de Tunisie en altitude. Petite promenade dans l'un des plus remarquables jardins de France. Un paradis au milieu de la Haute-Savoie, une bulle hors-du-temps nommée "Les Jardins des secrets". Ancienne ferme délabrée reconstruite par un couple et sa famille, c'est aujourd'hui, un véritable havre de paix accueillant chaque année 30 000 visiteurs curieux.

Longtemps restés à l'abri des regards au coeur de la campagne savoyarde, "Les Jardins des secrets" nous ouvrent leurs portes. 

Reportage : E. Prigent / J-P Rivalain / P. Fivet

https://videos.francetv.fr/video/NI_683908@Culture


Voyager au milieu de 7 000 mètres carrés, agencés à la mode marocaine et tunisienne, pays de naissance des créateurs du lieu, Alain, Nicole et leurs trois filles ont oeuvré tous ensemble à cette idée.

Il y a 36 ans de cela, commençait une idylle passionnée lorsqu'Alain Moumem, le concepteur et co-créateur des jardins, créait de ses mains une première fontaine et sculptait des palissades : "En général, je dessine mais c'est le terrain qui me sert de papier et de brouillon". Mystérieux, il n'en dira pas plus. C'est après tout, son jardin secret à lui.

A l'époque, on dormait sous des toiles de tente. La maison n'était pas finie. Mes parents étaient jeunes et énergiques. Cette vieille ferme était un jeu pour nous tous.

Myriam Moumem, la fille de Nicole et Alain


Les Jardins, une histoire de famille

Leur fille, Myrian Moumen, guide et responsable de la communication reçoit régulièrement des centres aérés. Lors d'ateliers, elle les emmène au creux du jardin aromatique pour laisser libre court à leur imagination et leur odorat.

Autre architecte de cet endroit féérique, Nicole Moumen, la femme d'Alain. Elle décore, peint et jardine à l'instinct : "Je n'aime pas la sophistication. Ici, c'est une sorte de petit bazar. Ce sont des plantes que j'apprécie et qui savent s'associer naturellement".

Chaque année, 30 000 visiteurs viennent découvrir le charme des jardins. Un prochain chantier est déjà en cours...