"La Folle journée", 2e jour: une messe en tango et le couronnement d'Elisabeth

Concerts du jour:

. Hervé Billaut et Guillaume Coppola, piano, jouent Brahms et Schubert

. Danses de Brahms , Dvorak, Kodaly et Grieg par Andris Poga dirigeant l'orchestre de Lettonie

. "La danse en chansons" par Voces8

. "Misa Tango" de Martin Palmeri par des musiciens nantais

. Le "bal du grand-duc", musique Renaissance par des musiciens nantais

 

J'entre dans le vif du sujet. Avec la conviction, qui n'est pas seulement liée à un goût personnel, que c'est vraiment l'Europe centrale qui est le terreau de la danse européenne. Je me disais à l'écoute des premiers concerts: comment se fait-il qu'avec tous nos grands compositeurs nous n'ayons pas l'équivalent des "Danses hongroises" de Brahms ou des "Danses slaves" de Dvorak? Massenet a écrit des "Scènes alsaciennes" qu'il n'a pas osé appeler "danses" et ce que l'on entend chez Bizet ou chez d'Indy est soigneusement ignoré de nos salles de concert. C'est comme pour la littérature régionale: notre vieux pays centralisateur considère les particularismes locaux comme des tentatives de dissidence...

LES TENDRES VALSES DE BRAHMS...

Joli programme que celui des deux pianistes Hervé Billaut et Guillaume Coppola. Il est toujours délicat de jouer à quatre mains, chacun se partageant un piano qui devient si petit... quand on est deux! Ils se relaient bien sûr, chacun à son tour les notes hautes, la partie noble, celle où se trouvent la plupart du temps les mélodies du clavier. Dans ce programme Brahms-Schubert, Coppola aura le Schubert, Billaut les Brahms. Ces "Valses opus 39" qui sont d'une infinie tendresse (seize, enchaînées, d'une durée qui excède à peine la minute), je reproche à Billaut d'y mettre trop de dureté parfois, trop d'énergie, trop de "sonore". Mais il y a dans la manière dont il lance les grandes mélodies brahmsiennes l'ampleur, le souffle, la respiration qu'on attend.

... mais le public est là C) Marc Roger

... mais le public est là C) Marc Roger

... ET LA TRISTESSE HONGROISE DE SCHUBERT

Guillaume Coppola prend le relais mélodique dans le "Divertissement à la hongroise" de Schubert. Il faut se méfier de ces Schubert qui portent des titres trompeurs, "Fantaisie à quatre mains" ou ce "Divertissement", donnant parfois le sentiment qu'il s'agit d'oeuvrettes alors que ce sont de vraies grandes sonates, d'un souffle et d'une ambition qui en font de très grandes compositions. Le "Divertissement à la hongroise" n'a rien de divertissant, il dure quasi une demi-heure; l'introduction est inquiète, troublée, presque tragique. Il y a des rythmes de danses allemandes de village et une célèbre thème venu de Hongrie à la fin. C'est magnifique dans la tristesse diffuse (toujours ces modulations de majeur en mineur), façon: "le ciel de la puszta se couvre de nuages violets, on rentre les chevaux avant l'orage" et Coppola (ainsi que Billaut) sont exactement dans l'esprit. Ils reviendront ensuite aux "Danses hongroises" de Brahms, on leur sait gré d'en avoir choisi deux pas si connues, la 4 et la 8 et là, Billaut est, dans l'énergie, parfaitement à son affaIre.

Cela s'appelait "Rhapsodie viennoise"

Le duo Billaut-Coppola C) Marc Roger

Le duo Billaut-Coppola C) Marc Roger

UN CHEF LETTON QUI SAIT DANSER

L'orchestre de cette année est celui de Lettonie. Il y en a toujours un, souvent d'un pays de l'Est, ils coûtent moins cher que le Philharmonique de Berlin... On découvre ces musiciens d'excellent niveau dans le concert grand public par excellence, et surtout leur jeune chef Andris Poga: Brahms -re (1e Danse hongroise), Dvorak (Danses slaves 8 et 10), Grieg (la "Danse arabe" de "Peer Gynt") Certains chefs dirigeraient cela de manière routinière, le charme mélodique suffisant à satisfaire un public plus populaire et de nombreux enfants. On sait gré à Poga de s'attacher à mettre en relief la fougue brahmsienne, l'invention orchestrale de Dvorak. Dvorak qui doutait de lui-même, lui, l'autodidacte fils de boucher de village, et qui écrivit ses "Danses slaves" en réponse aux "Danses hongroises" de Brahms, compositeur qu'il admirait. Le premier recueil est plus spécialement tchèque, le second élargit l'inspiration jusqu'au delta du Danube. La 8e danse fait un peu bastringue au début et puis trouve son charme, on entend tout les détails et la flûte est ravissante.

Etrange "Danse arabe" ensuite, écrite par un Norvégien, Grieg, pour son "Peer Gynt", on dirait une musique pour marionnette. Et puis les "Danses de Galanta" de Zoltan Kodaly, ami et contemporain de Bartok. Un  morceau d'une quinzaine de minutes, rhapsodique, qui demande souffle, sens du rythme, avec de beaux solos (la clarinette, la flûte): Galanta, en Slovaquie, était une ville connue pour son orchestre tzigane; Kodaly y avait passé son enfance. C'est un recueil pour mettre fin à cette construction particulière de la danse hongroise en deux mouvements, lent/vif (de plus en plus vif!): Kodaly passe son temps à aller de l'un à l'autre comme si l'on tournait en boucle, avec parfois des harmonies arabisantes et une furia finale que Poga maîtrise très bien.

LE TANGO DE RIGA

Un intrigant tango, pour finir, du Letton (inconnu de moi), Arturs Maskats, 60 ans. C'est formidable (un peu long tout de même) dans le style "expressionnisme sarcastique et légèrement lugubre", avec des cordes affolées, un maracas qui sonne les heures ("toutes blessent, la dernière tue" disaient les Romains), un accordéoniste timide qui apporte un peu de douceur à cette danse fantôme d'ombres glacées des mois d'août à Buenos Aires (ou d'en ce moment à Riga!)

A 16 heures 50 à la cafétéria une dame commande deux flûtes de champagne.

Andris Poga, chef d'orchestre C) Marc Roger

Andris Poga, chef d'orchestre C) Marc Roger

HUMOUR ANGLAIS ET VOIX ANGLAISES

J'avais entendu déjà les "Voces8", ce groupe étonnant de huit chanteurs anglais, deux femmes et six hommes (certains ont des voix de haute-contre), mais c'était dans un programme qui ne m'avait pas passionné. Les voici de retour avec "La danse en chansons", ce qui ne dit rien du tout. En tout cas du plaisir que l'on prend à les entendre, de la virtuosité délicieuse, car, à l'anglaise, pleine d'humour et de professionnalisme, dont ils font montre. Chacun est un soliste en soi, les voix sont très typées, baryton, basse profonde, ténor, ténorino, la soprano qui a des graves de mezzo et la mezzo qui a des aigus de soprano (seul le ténorino, roux et barbu, très anglais, n'est pas toujours parfaitement juste) Ils commencent par une "Bourrée" (danse française!) harmonisée par Bach et réadaptée par les Swingles Singers, ce groupe des années 70 pour qui Bério avait composé sa fameuse "Sinfonia".

UN OPERA POUR LE COURONNEMENT

Et puis voilà, au milieu, des choses passionnantes et très originales, six "Choral dances" ("Danses chorales") que Britten a écrites dans son opéra "Gloriana" "Gloriana" est une oeuvre composée en l'honneur du couronnement d'Elisabeth II et qui se passe à l'époque d'Elisabeth 1ère dont le surnom était Gloriana. L'opéra n'a pas eu de succès car (nous dit le porte-parole du groupe) "le portrait de la grande reine Elisabeth n'était pas tout à fait flattant" Il en reste ces danses de village qui sont dansées par des paysans de Norwich, "Country girls" ou "Rustics and Fishermen" (Pêcheurs) C'est une succession d'appels joyeux ou calmes, d'un fondu confondant, et ils poursuivent avec trois "vrais" airs de cours de l'époque élisabéthaine ("Les nymphes et les bergers dansent" de George Marson) qui sont aussi des leçons de prononciation.

Mais pour nous montrer qu'ils sont capables de tout et surtout du meilleur, il y aura quelques "standards" anglo-saxons, le "Moondance" de Van Morrison où chacun des hommes est tour à tour soliste et choriste, un très intelligent "Cheek to cheek" d'Irving Berlin (chanté par Fred Astaire), enfin "Sway", qui fut au répertoire de Dean Martin, ici délicieusement décalé.

Finalement pas de Ravel! C) The Art Archive / Musée Maurice Ravel Montfort-l’Amaury / Gianni Dagli Orti ]

Finalement pas de Ravel! C) The Art Archive / Musée Maurice Ravel Montfort-l'’Amaury / Gianni Dagli Orti

LA MESSE EN FORME DE TANGO

Je m'apprêtais à rejoindre l'Auditorium Nijinski pour réécouter ces merveilles du ballet que sont "L'oiseau de feu" et "Daphnis et Chloé" Une dame s'adresse à moi, me parle de la "Misatango" Cela me tente soudain. C'est ça, Nantes: entendre des oeuvres qu'on n'entend jamais. Stravinsky et Ravel attendront, ils reviendront bien assez vite dans les programmes parisiens. La "Misa Tango" de Martin Palmeri, pas si sûr. Encore qu'elle est jouée de plus en plus, on comprend vite pourquoi! Palmeri est un Argentin de cinquante ans, il a écrit cette messe à la trentaine. Elle est si bien écrite (et si intense) pour les choeurs que de plus en plus la mettent à leur répertoire. Mais il faut aussi un petit orchestre à cordes (présence intense de deux violoncelles soli et d'une contrebasse), un piano, un bandonéon (très présent) C'est très curieux, cette messe aux accents de tango, qui peut lasser au bout de deux mouvements (le "Gloria" est trop long et de même rythme que le "Kyrie" initial) mais qui réussit ensuite à se renouveler (on flirte avec la bonne musique de film) avant un très bel et très suave "Agnus Dei" qui se conclut par une grande fugue du choeur sur le "Dona nobis pacem". C'est une vision si éloignée du dolorisme des messes européennes. Le catholicisme devient joyeux, ici, lié aux racines d'un pays, collé à ses danses profanes comme pourrait l'être une cérémonie à destination des peones de la pampa ou des mauvais garçons portègnes. Interprétation de qualité, portée par le chef nantais Gérard Baconnais et son choeur "Eclats de voix" (un manque de projection chez les basses...) , l'excellent Christian Grimault au bandonéon et le joli timbre aux belles couleurs de Florine Baillot, ainsi que les cordes du Sinfonia Varsovia, très concernées.

Fantômes instrumentaux C) Marc Roger

Fantômes instrumentaux
C) Marc Roger

LE MARIAGE DU GRAND-DUC

C'est un autre cérémonial auquel j'assisterai enfin. Là aussi, Nantes est le lieu idéal et il est en outre très bien d'y mettre en valeur les formations locales. Celle-ci, "Aria Voce" est de Rezé, en banlieue proche: choeur plus étoffé qu' "Eclats de voix", plus solide aussi. L'idée du chef, Philippe Le Corf, est de bâtir un programme autour d'un thème, celui qu' Emilio de Cavalieri écrivit pour "Il ballo del Granduca",  ballet donné pour le mariage en 1589 de Ferdinand de Médicis avec Christine de Lorraine. Le thème en question, un peu comme "La Follia" quelques années plus tard, eut tant de succès qu'il passa dans toute l'Europe sous le nom d' "aria di Fiorenza" (l'air de Florence), donnant entre autres au Néerlandais Sweelinck l'idée de variations pour orgue, au Ferrarais Frescobaldi celle d'une messe, à l'Allemand Kapsberger de variations pour théorbe ou luth. C'est tout cela que l'on entend. Mais dans une construction bizarre où le Cavalieri est répété, le Sweelinck et le Kapsberger fractionnés on ne sait trop pourquoi. En outre Olivier Chaplais à l'orgue positif et Charles-Henri Beneteau au théorbe ne semblent pas toujours très à l'aise, contrairement au choeur, dédoublé dans la  belle messe de Frescobaldi et aussi excellent dans le sacré que dans le caractère profane qu'ils réussissent à donner au ballet du Grand-Duc. Jolies interventions de la violiste, Delphine Le Gall.

C'est tout pour aujourd'hui. Il y avait déjà beaucoup d'enfants, beaucoup de monde. Il est vrai qu'il faisait un temps navrant et qu'on attendait la tempête. Dans ce cas-là, la musique adoucit les vents (croit-on)

 

Hervé Billaut et Guillaume Coppola jouent le même programme demain vendredi à 9.30. C'est un peu juste!

Voces8, même programme: samedi 11.15, dimanche 11 heures