Un Van Gogh contesté authentifié

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 21/03/2012 à 09H19
"Nature morte avec des fleurs, des champs et des roses" tableau authentifié en mars 2012 de Vincent Van Gogh (musée néerlandais Kröller-Müller)

"Nature morte avec des fleurs, des champs et des roses" tableau authentifié en mars 2012 de Vincent Van Gogh (musée néerlandais Kröller-Müller)

© "AFP PHOTO / Kroller Moller Museum PHOTO"

Un tableau de Vincent van Gogh datant de 1886 - une nature morte représentant un bouquet de fleurs, a été authentifié à l'aide d'une nouvelle technique de radiographie aux rayons X, a annoncé le musée néerlandais Kröller-Müller.

"Avec cette nouvelle radiographie, il n'y avait plus de doute possible" a déclaré Sylvia Gentenaar, porte-parole du Kröller-Müller, propriétaire depuis 1974 du tableau "Nature morte avec des fleurs, des champs et des roses", haut d'un mètre et large de 80 centimètres.

Une étude réalisée par les universités de Delft et d'Anvers, les musées Van Gogh et Kröller-Müller ainsi que le centre DESY de recherche en physique des particules, situé à Hambourg, a notamment permis d'identifier certains pigments caractéristiques utilisés pour la nature morte.

Elle a également révélé de nouveaux détails sur une peinture représentant deux lutteurs et par-dessus laquelle avait été peinte la nature morte, a expliqué la porte-parole du musée, situé près du village d'Otterlo, dans l'est des Pays-Bas).

Apparition aux rayons X de deux lutteurs peints par Vincent van Gogh sous la "Nature morte avec des fleurs, des champs et des roses"

Apparition aux rayons X de deux lutteurs peints par Vincent van Gogh sous la "Nature morte avec des fleurs, des champs et des roses"

© "AFP PHOTO / Kroller Moller Museum PHOTO"

"Grâce à cette étude, nous avons pu constater que les deux lutteurs ne sont pas complètement nus, ils portent une sorte de pantalon et c'est 1885-début 1886, a expliqué Sylvia Gentenaar.

"C'est cette série de détails qui font qu'il n'y a plus de doute", a ajouté la porte-parole, selon laquelle le tableau avait été attribué en 2003 à un auteur "anonyme" après avoir été considéré pendant de nombreuses années comme "un possible van Gogh".