"Traduire l'Europe" en présence d'Herta Müller, Nobel de littérature 2009

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 06/03/2011 à 10H57
"Traduire l'Europe" en présence d'Herta Müller prix Noble de littérature 2009.

"Traduire l'Europe" en présence d'Herta Müller prix Noble de littérature 2009.

© Culturebox

Du 5 au 13 mars 2010, la Communauté Urbaine de Strasbourg et la ville invitent les littératures européennes dans le cadre de "Traduire l'Europe" sur la problématique de la traduction littéraire en présence d'Herta Müller, prix Nobel de littérature 2009.

Ecrivain de langue allemande, née en 1953 dans le Banat au sein de la minorité germanophone de Roumanie, Herta Müller connaît la dictature communiste de Nicolae Ceaucescu sous toutes ses sinistres formes. Son père, ancien soldat de la Waffen-SS, est un riche fermier qui sera exproprié par le régime et sa mère sera déportée en URSS où elle passera cinq ans dans un camp de travaux forcés.

Après des études de littérature allemande et roumaine et des premiers démêlés avec le pouvoir, Herta Müller écrit son premier livre en 1982 mais il est rapidement censuré par la dictature et quand l'ouvrage est publié dans son intégralité en Allemagne, le régime de Ceausecu lui interdit alors toute publication en Roumanie.

Herta Müller émigre finalement avec son mari en 1987 pour la République Fédérale Allemande où elle enseigne et publie librement ce qui ne la met pas pour autant à l'abri des querelles et des polémiques car si la dame aime le débat elle ne semble guère goûter les compromissions.

Son oeuvre reste profondément marquée pars sa jeunesse sous la dictature roumaine car elle y évoque dans une écriture pointue et d'une très grande poésie, l'oppression, la violence envers les faibles et les ressorts d'un pouvoir abusif et illégitime maniant la peur.

Ayant publié une vingtaine d'ouvrages, l'écrivain est peu loquace avec les médias et n'aime pas expliciter son travail, ce qui ne l'a pas empêchée d'être couverte de prix, le plus prestigieux étant bien sûr le Nobel de littérature qu'elle obtient en 2009, offrant ainsi une visibilité internationale à une oeuvre jusqu'ici peu connue du grand public.

A voir aussi sur Culturebox :
- Harare North de Brian Chikwava, ancien enfant soldat du Zimbabwe
- Lyon : Denis Podalydès lit "Tom Sawyer" dans sa nouvelle traduction aux Assises Internationales du Roman