Une immense toile de Salvador Dali, inédite, dévoilée à Montréal

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/11/2012 à 08H55
Toile inédite de Salvador Dali -intégrée au prochain spectacle du metteur en scène de cirque Daniele Finzi Pasca, La Verita- dévoilée le 5/11/2012

Toile inédite de Salvador Dali -intégrée au prochain spectacle du metteur en scène de cirque Daniele Finzi Pasca, La Verita- dévoilée le 5/11/2012

© Wostok Press/MaxPPP

Une toile de 9 mètres sur 15, peinte à New York pour servir de rideau au ballet Tristan Fou présenté au Metropolitan Opera en 1944, a été pour la première fois dévoilée lundi au public à Montréal, après avoir été restaurée en Suisse.

La toile, qui représente une vision surréaliste de Tristan et Yseult, sera utilisée comme un élément de décor par le metteur en scène de cirque Daniele Finzi Pasca pour son spectacle La Verità, dont la première mondiale est prévue au théâtre Maisonneuve à Montréal le 17 janvier 2013. La Verità sera une "incursion théâtrale et acrobatique" dans la vie du peintre espagnol, menée par douze interprètes de la compagnie Finzi Pasca, basée à Lugano en Suisse, a indiqué Daniele Finzi Pasca.

Après Montréal, la toile et le spectacle entameront une tournée en Amérique du Sud jusqu'à l'été 2013, puis gagneront l'Europe, à commencer par la France, la Suisse, l'Italie et l'Espagne, a précisé le porte-parole de la compagnie, Jean-Sébastien Rousseau.

Toile inédite de Salvador Dali -intégrée au prochain spectacle du metteur en scène de cirque Daniele Finzi Pasca, La Verita- dévoilée le 5/11/2012

Toile inédite de Salvador Dali -intégrée au prochain spectacle du metteur en scène de cirque Daniele Finzi Pasca, La Verita- dévoilée le 5/11/2012

© MaxPPP
La toile de Dali avait dormi pendant des décennies entreposée dans les stocks d'anciens décors du Met avant d'être achetée par une société de collection d'art européenne, qui pourrait être basée en Suisse.

Le spectacle de Finzi Pasca ne s'inspire nullement du ballet de Léonide Massine, dont Dali avait écrit le livret et créé les décors et les costumes. La toile, représentant Tristan et Yseult empêtrés dans leur drame mêlant amour, mort et folie, est fidèle au style surréaliste de Dali avec une brouette qui émerge du dos d'un des deux personnages et une fleur de pissenlit poussant sur la tête de l'autre, a souligné une experte de l'oeuvre de l'artiste espagnol, collaboratrice temporaire de la compagnie Finzi Pasca, Jennifer Whisper.

"Dali avait peur d'être fou. Il a dit cette phrase célèbre: +la différence entre un fou et moi, c'est que je ne suis pas fou+. Mais il devait s'en sentir assez proche", a-t-elle ajouté. L'émergence de cette oeuvre inconnue permet de rappeler une facette inconnue et importante de l'oeuvre de Dali qui avait "beaucoup travaillé avec des grands noms de la scène, dont Peter Brook, Visconti et Béjart", a souligné Mme Whisper. A l'époque de la présentation de "Tristan Fou" le décor de Dali avait été jugé "trop grand" par les critiques. L'introduction d'acrobates par Finzi Pasca permettra au spectacle de ce dernier "d'être à la hauteur" de l'oeuvre, pense-t-elle.