"Une heure de tranquillité" qui s'étire pour Fabrice Luchini

Par @sophiejouve1 Rédactrice en chef adjointe de Culturebox, responsable de la rubrique Théâtre-Danse
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/04/2013 à 17H13
Fabrice Luchini, alias Michel, dans "Une heure de tranquillité"

Fabrice Luchini, alias Michel, dans "Une heure de tranquillité"

© Bernard Richebe

Le métro un jour de grève. C’est ce à quoi ressemble le théâtre Antoine ce jeudi soir. Une foule compacte venu voir Fabrice Luchini dans un exercice rare, jouer dans une pièce de boulevard, au cœur d’une troupe.

Et voila Luchini alias Michel, un passionné de jazz excessif et égocentrique qui fait irruption sur scène, tout à la volupté d’avoir déniché un album « excessivement rare », qu’il s’apprête à savourer. Mais c’est justement le moment que choisit son entourage pour partir à vau l’eau. Il y a  là l’épouse dépressive (Christiane Millet), le fils punk en pleine rébellion (Ivan Cori), la maitresse hystérique (Hélène Médigue), l’étrange voisin (Xavier Aubert) … Tous semblent s’acharner à gâcher cette « Heure de tranquillité » tant convoitée.
  
Le texte de florian Zeller est cousu de fil blanc                       
On sourit de voir Luchini exaspéré, dépité, faussement concerné par cette épouse qu’il n’écoute plus et ce fils (et son groupe les « Fucking Rats ») avec lequel il ne se sent aucune affinité. Mais le texte de Florian Zeller est cousu de fil blanc. On sait d’emblée ce qui va arriver. Notre Luchini a beau donner de sa personne, il ne surprend guère et l’heure 30 que dure le spectacle s’étire… Il y a bien le voisin qui distille sa bizarreté, on frôle même l’absurde quelques secondes. Mais sans l’efficacité d’un Sébastien Thiéry dans le très bon « Comme s’il en pleuvait » à l’affiche du Théâtre Edouard VII, avec une autre star, Pierre Arditi.
 
De Florian Zeller on a pourtant savouré « La vérité » ou déjà il s’amusait, avec succès, de la mécanique du vaudeville ou dans un registre plus dramatique « Le  Père » avec Robert Hirsch. A la sortie le cher public de Luchini (véritables groupies de ses one man show littéraires), est quelque peu dépité : « C’est curieux qu’il ait choisi ce projet » assène une jeune et élégante retraitée, « il n’a pas de texte à défendre » lui répond sa camarade.
 
"Une heure de tranquillité" au théâtre Antoine
Avec Fabrice Luchini, Christiane Millet, Hélène Médigue, Grégoire Bonnet, Joël Demarty, Xavier Aubert, Ivan Cori
De Florian Zeller. Mise en scène de Ladislas Chollat.
 
14 bd de Strasbourg, Paris Xe
Réservation : 01 42 08 77 71,
Jusqu'au 4 mai.  Reprise le 18 octobre