Un théâtre danois fait scandale en adaptant le manifeste du tueur d'Oslo

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/01/2012 à 16H38
Anders Behring Breivik lors de son procès le 24 août 2012

Anders Behring Breivik lors de son procès le 24 août 2012

© Odd Andersen/ AFP

Un théâtre de Copenhague crée la polémique en adaptant sur scène le manifeste nauséabond de l'auteur des attaques du 22 juillet en Norvège, Anders Behring Breivik. Ce dernier, qui a tué de sang froid 77 personnes le 22 juillet dernier, sera incarné par un comédien cet été qui dira un monologue au Café Teatret.

Juste avant de perpétrer ses attaques sanglantes, Behring Breivik avait publié sur internet un manifeste de 1.500 pages violemment islamophobe et anti-Marrxiste, rédigé pendant des années. Il sera joué sous forme de monologue "du 23 août au 15 septembre" et en dépit des critiques "figurera au programme de la prochaine saison", a confirmé la communication du Café Teatret.

Les arguments du responsable du théâtre
Le directeur artistique du théâtre, Christian Lollike,  reconnaît dans le quotidien Politiken que les attaques en Norvège ont été "une épouvantable tragédie" et que Behring Breivik "a exécuté les gens d'une façon très cruelle".

"Mais le raisonnement qui est derrière les actes (...) exprime une conception politique et idéologique. Cela peut se reproduire", d'après lui. "Ce dont j'ai peur, c'est que le raisonnement de Breivik soit délaissé et ne fasse pas l'objet d'une réflexion et d'une recherche", a-t-il expliqué pour justifier sa démarche.

Le directeur du Théâtre norvégien à Oslo, Erik Ulfsby, n'est pas convaincu: "l'argumentation de Lollike est une mauvaise excuse pour attirer l'attention sur son propre projet", a-t-il répondu à Politiken.

Le manifeste de Breivik, auto-proclamé "plus grand monstre nazi"
Hostile au multiculturalisme et à l'"invasion musulmane" en Europe, Behring Breivik, actuellement en détention provisoire, a tué 77 personnes, essentiellement des jeunes, le 22 juillet dernier. Son manifeste éclaire les haines de ce "chasseur de marxistes" lancé dès 2002 dans une croisade contre l'islam, le socialisme et les médias.

"Je serai étiqueté comme le plus grand monstre (nazi) depuis la Seconde Guerre mondiale", écrit-il ainsi dans le document rédigé en anglais sous le titre "Une déclaration européenne d'indépendance - 2083", sous le pseudonyme Andrew Berwick, une anglicisation de son nom.