Un petit jeu finalement pas sans conséquence

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/11/2016 à 11H51
La troupe d'Un petit jeu sans conséquence © Steve Bouteiller

Au grand jeu de l’amour, le hasard a t-il une place ? Si la question est simple, la réponse qu’apporte la troupe d’un petit jeu sans conséquence est, elle, plus subtile. Pas de théorie philosophique abstraite ici mais bien une comédie jouée par des artistes aux réparties vives et qui font mouche à tous les coups. Au Théâtre Le Mélo d'Amélie.

Tel est pris qui croyait prendre

Claire et Bruno forment depuis douze ans un couple modèle. Au cours d’une réunion de famille et entre amis ils vont feindre la séparation, par provocation. Un jeu dangereux ! Car ce qui ne devait être qu’une petite fourberie amusante le temps d’un repas va peu à peu tourner au vinaigre.

Au fil des discussions et des apartés, les masques tombent et révèlent sous un jour nouveau chaque membre de la joyeuse assemblée. Et l’on s’interroge très vite sur l’issue finale quand s’invite un séduisant rival, Serge, qui guette la jolie Claire. Le cœur d’Axelle, la meilleure amie, balance pour Bruno.
  

Une pièce à quatre mains

Écrite en 2001 par Jean Dell et Gérard Sibleyras, cette comédie n’est pas leur première partie commune. Nos deux auteurs se sont rencontrés dans les couloirs de France-Inter et de leur collaboration naitrons plusieurs pièces de théâtre à succès comme Le béret de la tortue (en 2000), Une heure et demie de retard (2005) ou Vive Bouchon (2006)

Un petit jeu sans conséquence, connait la consécration l’année même de sa création au Théâtre de la Bruyère puis lors de sa reprise au Petit Théâtre de Paris : elle reçoit pas moins de 5 récompenses aux Molières 2003 ! L’année suivante Bernard Rapp en fera une adaptation au cinéma avec Sandrine Kiberlain, Yvan Attal, Jean-Paul Rouve, Marina Foïs et Lionel Abelanski. Depuis elle a été jouée de très nombreuse fois.  

Faites vos jeux

La version 2016 est signée Éric Laugérias. Comédien, auteur, scénariste ou homme de radio, c’est avec sa casquette de metteur en scène qu’il offre une nouvelle jeunesse à la pièce. Avec lui pas de temps mort, les scènes s’enchainent tambours battants tout comme les répliquent fusent d’un personnage à l’autre. Au Mélo d’Amélie le public a la chance d’être à proximité de la scène et de sentir les interprètes au plus près. Il partagerait presque leur intimité. Les spectateurs qui se succèdent chaque soir sont en tous cas suspendus à l’histoire portée par Claire, Bruno et leurs amis. 
Laure Tregouet et Alain Cerrer

Laure Tregouet et Alain Cerrer

© Steve Bouteiller

Laure Tregouet est une Claire espiègle et séduisante, un brin polissonne. La créatrice de la Compagnie des Hauts de Scène qui produit le spectacle porte donc une sacrée responsabilité dans l’aventure. C’est elle qui entraine la troupe dans ce « petit jeu ». Elle retrouve manifestement avec un grand plaisir ces amis comédiens. Et d’abord Fabrice Pannetier avec qui elle était sur scène il y a peu dans la Souricière d’Agatha Christie. Mi ange, mi démon, le séducteur de Claire joue comme il sait si bien le faire, avec finesse. Et son charme opère, difficile de lui en vouloir ! Il en est de même avec Nathalie Tregouet, elle aussi une artiste maison. Elle partageait ainsi l’affiche avec Laure et Fabrice dans La Souricière et Le béret de la Tortue. Très inspirée une fois encore, elle est une Axelle idéale : la confidente éperdue, la femme un tantinet jalouse et égoïste. Tout comme Michel Baladi, un comédien au registre complet à l’aise dans les répertoires dramatiques comme dans les comédies. Il est Patrick, un peu lourdaud mais attachant, le cousin de Bruno. Un rôle qui revient à Alain Cerrer. Celui qui a intégré le Petit Conservatoire de Mireille à l’âge de quatorze ans est un visage connu du public. Il a partagé les planches aux côtés de Michel Sardou ou Brigitte Fossey dans Boeing-Boeing et le petit écran avec Natacha Amal et Ingrid Chauvin dans la série Femmes de loi. Pour Un petit jeu sans conséquence qui emporte comme dans un tourbillon infernal les meilleurs sentiments, il campe à la perfection le compagnon de Claire. Avec force et réalisme, il est plus vrai que nature. 
Michel Baladi et Fabrice Pannetier 

Michel Baladi et Fabrice Pannetier 

© Steve Bouteiller

Succombez à la tentation
 
Le rire est une porte d’entrée naturelle vers l’ensemble des émotions. Et elles sont nombreuses à l’issue du spectacle qui joue les prolongations devant son succès populaire. Un petit jeu sans conséquence est une belle pièce sur l’entretien de l’amour, la nécessité de raviver la flamme pour qu’il traverse les épreuves. Et si à trop jouer avec le feu, un couple modèle finit pour se bruler, c’est pour notre plus grand plaisir. L’humour est omniprésent. Le spectateur s’amuse beaucoup mais il se retrouve aussi un peu dans chacun des personnages. Osera-t-il alors jouer à son tour ? Rien n’est moins sur ! Les 5 comédiens le font si bien pour nous, sans conséquence.
  
 Mise en scène : Éric Laugérias
 Avec : Alain CERRER (Bruno) Laure TREGOUET (Claire) Fabrice PANNETIER (Serge) Nathalie TREGOUET (Axelle) Michel BALADI (Patrick)