Un doc sur Claude Brasseur : acteur de père en fils

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/12/2011 à 10H06
Claude Brasseur

Claude Brasseur

© Valery Hache/AFP

Sur sa carte de visite il a fait graver : « Brasseur père et Fils, maison fondée en 1820 ». Claude Brasseur a beau incarner la 5e génération d’une lignée d’acteurs, il n’a jamais eu l’impression de travailler. «Je m’amuse, Je fais le clown» confit-il à Anne Andreu, qui réalise ce joli portrait pour la collection Empreintes sur France 5 (vendredi 9 décembre à 21h30/dimanche 11 décembre à 8h05).

Et pourtant le jeune Claude n’a jamais osé avouer à ses parents Pierre Brasseur et Odette Joyeux qu’il voulait devenir comédien. Apprenti journaliste, c’est lors d’une interview avec la grande Elvire Popesco qu’il décroche son premier contrat; celle-ci lui prend le stylo des mains et lui dit que sa place est sur les planches.

Les documents familiaux sont sans doute les plus touchants, admiration et complicité avec Pierre au côté de qui il joue un petit rôle. Puis ce seront, Renoir, Godard, Truffaut. Des débuts associés à la Nouvelle Vague, mais c’est la télévision qui le fait connaitre au grand public grâce à la série des Vidocq réalisé par Marcel Bluwal. Bluwal, Godard, Planchon, Girod marquent sa carrière qui va de la comédie au polar.

On le reverra avec bonheur dans "Une histoire simple" de Claude Sautet ou dans "Nous irons tous au paradis" d’Yves Robert. Plus tard on le retrouve dans les coulisses du Théâtre Antoine, peuplé des fantômes de la famille avec son fils Alexandre. Anne Andreu sait faire parler cet homme si pudique qui  "aimerait faire partie de la nostalgie de demain".