Un courrier du directeur du TNB agite la campagne des Municipales à Rennes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/03/2014 à 11H21
François Le  Pillouër, directeur du Théâtre  national de Bretagne (TNB)

François Le  Pillouër, directeur du Théâtre  national de Bretagne (TNB)

© PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Un courrier du directeur du Théâtre national de Bretagne (TNB) soutenant implicitement la politique culturelle à Rennes de la majorité socialiste sortante et envoyé par courriel à ses 14.000 abonnés crée la polémique à dix jours de l'élection municipale, plusieurs candidats condamnant cette initiative.

Bruno Chavanat, le principal opposant à la candidate socialiste Nathalie Appéré, a estimé vendredi que l'utilisation de ces "moyens publics est une infraction à la loi et au code électoral qui proscrit toute utilisation de moyens publics pendant une campagne électorale". M. Chavanat, candidat du centre et de la droite, a l'intention de saisir la commission nationale des comptes de campagne.

"Le TNB est un service public sous tutelle de l'Etat et de la ville", a déclaré à l'AFP M. Chavanat, pour qui le courrier de M. Le Pillouër est "une atteinte à la neutralité du service public".

Même Mme Appéré, ancienne première adjointe au maire sortant Daniel Delaveau, a condamné "une initiative personnelle". "Si chacun est légitime pour exprimer un point de vue sur les enjeux électoraux, utiliser une lettre aux abonnés pour le transmettre et le diffuser est pour le moins inopportun", écrit-elle dans un communiqué.

"Les vrais candidats déjà au travail" et les autres

Dans son courrier daté de mercredi, le directeur du TNB, François Le Pillouër, vante les "réussites rennaises" dans le domaine culturel. "Beaucoup d'artistes français et étrangers le disent, Rennes est une ville éveillée, dynamique (...) qui mérite de poursuivre une politique artistique et culturelle ambitieuse", écrit-il. Il oppose aussi, sans les citer, "les vrais candidats déjà au travail" aux "candidats abandonnés du ciel et des électeurs, qui veulent diminuer fortement les subventions des institutions".

La liste Front de gauche-EELV s'est notamment sentie visée dans la mesure où elle veut "rééquilibrer les subventions au profit de la diversité culturelle et de tous les habitants de Rennes". M. Le Pillouër "est, en tant que directeur du TNB, censé respecter la liberté et la diversité des opinions politiques, y compris concernant le budget de la politique culturelle", déplorent Matthieu Theurier et Valérie Faucheux, ses têtes de liste. Il "détourne le fichier des 14.000 adhérents de l'institution publique à des fins de propagande électorale", estime la tête de liste "Rennes alternative", Rémy Lescure (centriste), qui demande "la démission" du directeur du TNB.