Un avis de "Tempête" souffle sur la prochaine saison de la Comédie-Française

Par @Culturebox
Mis à jour le 11/06/2017 à 19H15, publié le 07/06/2017 à 15H44
La façade la Comédie-Française, salle Richelieu, à paris 

La façade la Comédie-Française, salle Richelieu, à paris 

© Photo12 / Gilles Targat

Après le choc et le succès critique autant que public des "Damnés" de la saison dernière, couronné de trois Molière, une mise en scène de "La Tempête" signée par le Canadien Robert Carsen et faisant largement appel à la vidéo, dominera la saison 2017-2018 de la Comédie-Française, dévoilée mercredi par son administrateur général Eric Ruf.

Une saison plus apaisée

C’est toutefois Denis Podalydès qui ouvrira le bal avec une nouvelle production des "Fourberies de Scapin" de Molière, qui n'avaient pas été montées depuis vingt ans.

"Nous avons eu une saison d'une rare densité, avec le grand pari des "Damnés" au Festival d'Avignon puis salle Richelieu, cette saison sera un peu plus calme", a expliqué mercredi Eric Ruf en présentant la programmation.

"Les Damnés" mis en scène par le Flamand Ivo Van Hove seront repris Salle Richelieu du 29 septembre au 10 décembre, avant une tournée à New York, Londres et Anvers.

Ivo van Hove, Thomas Ostermeier

Eric Ruf, qui s'attache depuis son arrivée en 2014 à "bousculer" le temple du répertoire en invitant des "pointures" internationales, a annoncé qu'Ivo van Hove reviendra en 2018/19 et que l'Allemand Thomas Ostermeier "a accepté l'idée de venir travailler avec la troupe".
Molière en Sganarelle (gravure 1660)

Molière en Sganarelle (gravure 1660)

© Leemage

Carsen dans le crâne de Prospero

Pour sa "Tempête", le Canadien Robert Carsen, star de la mise en scène d'opéra, "a imaginé une boîte crânienne blanche, où il va projeter les images qui naissent dans la tête de Prospero" le magicien-sorcier de la pièce de Shakespeare, a-t-il expliqué.

La magie va entrer dans la maison par une autre porte, celle du "Faust" de Goethe mis en scène par Valentine Losseau et Raphaël Navarro, initiateurs d'un théâtre métissé d'apparitions, disparitions, lévitations et hologrammes.

Le grand dramaturge suédois Lars Noren, 73 ans, va écrire pour la troupe une pièce sur le thème de la vieillesse, "Poussière". La suissesse Lilo Baur, habituée de la Comédie-Française revient monter un texte "très drôle, acide" de l'Espagnol Sergi Belbel ("Après la pluie") au Vieux-Colombier.
Cabu

Cabu

© Damien Grenon / Photo12

Le fantôme de Cabu

La jeune metteure en scène Chloé Dabert va proposer une pièce de Jean-Luc Lagarce (récemment adapté au cinéma par Xavier Dolan avec "Juste la fin du monde"), qui raconte aussi le retour du fils, ou du frère, dans la maison familiale ("J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne").

Egalement au Vieux Colombier, qui n'ouvrira que le 4 octobre pour cause de travaux, David Lescot racontera la saga des radios libres entre 1981 et 1983 dans "Les Ondes magnétiques".

La maison va exposer les dessins de Cabu, grand amoureux de la Comédie-Française, décédé dans l'attentat contre Charlie Hebdo "dans tout le théâtre, jusque dans les toilettes", a annoncé Eric Ruf.

La Comédie-Française poursuit son partenariat avec Pathé au cinéma et passera le cap des 100.000 spectateurs (85% en région) avec la diffusion de "Cyrano de Bergerac" cet été (en direct le 4 juillet).