TNP: "Tout un homme", une histoire minière de l'immigration de Jean-Paul Wenzel

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/04/2014 à 16H52
Ahmed (Hammou Graïa) et son ami dans Tout un Homme de Jean-Paul Wenzel

Ahmed (Hammou Graïa) et son ami dans Tout un Homme de Jean-Paul Wenzel

© Eric Didym

Le départ du pays, l’arrivée en France, la Lorraine, la mine, la première descente au fond, la peur, la solidarité, les grèves. "Tout un homme" de Jean-Paul Wenzel raconte la vie des travailleurs immigrés en Lorraine. Un texte fort écrit à partir des témoignages de ces hommes et de ces femmes oubliés de l'Histoire. Au TNP de Villeurbanne jusqu'au 13 avril 2014 puis en tournée en France.

L'histoire  
Il s’appelle Ahmed. A 16 ans, il quitte sa Kabylie natale et s’embarque pour la France. On est en 1963. C’est le début d’une épopée qui le conduira d’Alger à Marseille, de Marseille à Paris, de Paris en Lorraine, où il croise les yeux brillants de Leïla, tout juste bachelière, fille de Mohamed, mineur de fond arrivé en Lorraine en 1947, qui donne son accord pour les noces et fait embaucher Ahmed à la mine.

Eux, ils s’appellent Saïd et Omar, deux copains inséparables venus d’Assoul, village du Sud marocain. On en est en 1973. Ils ont à peu près 18 ou 19 ans. Un jour, une rumeur circule dans tous les villages alentour : "44 francs par jour, logement gratuit, la France recrute !"

La petite histoire dans la grande Histoire
Un décor dépouillé, un homme quasiment seul sur scène, et une vie qui se déroule. Dés les premières minutes, le ton est donné. "Tout un homme", c'est son histoire. Il parle à la première personne et nous embarque dans sa vie. Une vie presque banale. Celle de milliers de maghrébins venus en France pour travailler dans les mines. Et pourtant… ses propos nous plongent dans la grande Histoire, car Ahmed est Algérien. Sa vie en Algérie puis en France traverse les évènements. La colonisation, puis la décolonisation, la résistance en France avec le FLN, octobre 1961, l’arrivée des immigrés en banlieue parisienne, la naissance des cités, la descente aux enfers, comme il le dit lui-même, dans les mines de Lorraine jusqu’à la désindustrialisation et la fermeture du dernier puit en 2004.

La vie sous terre
Le parcours de ces hommes et de ces femmes est difficile mais ils refusent de se plaindre. Ils savent pourquoi ils sont là. Ahmed n’était pas fait pour la mine. Mais qui peut l’être ? 

Après une journée de travail, il tente de fuir, de retourner dans les usines franciliennes. "J’ai quitté mon pays pour un avenir meilleur, pas pour le passer sous terre" nous dit-il. Il décrit ce travail pénible et dangereux. Il nous raconte sa peur une fois dans les entrailles de la terre. Et la mort qui rôde en permanence. Mais il n’aura pas le choix, ce sont les mines qui embauchent, il y passera 25 ans.

Ahmed évoque aussi le déracinement, l’intégration, ses enfants qui ne parlent pas français, le racisme déjà très présent à l’époque même s’il fait semblant de ne pas s’en rendre compte. "Au fond ! il n'y a pas de racistes", dit-il "parce que tout le monde est noir".

Enfin, il parle de sa vie après la mine, les maladies comme la silicose non reconnues, le retour au pays souvent raté. Pour finalement reconnaitre qu'il est attaché à la France, lui que l'on ne définit plus que par "l'immigré" des deux côtés de la méditerranée. 
Du théâtre-documentaire 
Le texte est fort et riche. Jean-Paul Wenzel nous embarque dans l’histoire de l’immigration. Ce qu'il nous donne à voir, est plus que du théâtre. C'est presque un documentaire sur la vie de ces hommes et de ces femmes venus en France, essentiellement à partir des années 60 pour travailler. Tout y passe. Le contexte politique, bien sur mais également économique. C’est donc un formidable témoignage sur une large période de l’Histoire de France, d'Algérie et du Maroc que nous offre le metteur en scène.

On est ici face à un outil pédagogique. Point de légèreté dans les propos. Quelques clins d’œil et remarques ici où là pour jouer la dérision. Seule respiration possible, les interludes musicaux qui accompagnent le discours. Jean-Paul Wenzel a certainement voulu rester fidèle aux témoignages collectés. Car probablement, est-ce cette vie difficile que les personnes interrogées ont souligné. On a en définitive le sentiment que ces hommes et ces femmes ont subi les évènements tout au long de leur vie. Et pourtant, au départ, ils ont pris la plus difficile des décisions : l’exil.
Ahmed et sa femme Leïla

Ahmed et sa femme Leïla

© Eric Didym
Des magrébins différents
On a souvent l’impression que les Maghrébins forment un tout en France. Du moins dans la façon dont la plupart du temps les médias ou les politiques les désignent. Oserait-on "englober" un Français, un Portugais et un Grec. Ces immigrés, qu’ils soient Algériens, Marocains ou Tunisiens, ne racontent pas la même histoire. Et c'est justement ce que souligne l’auteur en divisant son spectacle en deux parties distinctes. La deuxième partie de la pièce est dédiée à l’immigration marocaine. Un parcours différent de celui des Algériens de part le contexte politique. Pas de colonisation, ni de guerre de libération. Une immigration de travail souvent analphabète que les Houillères de Lorraine sont allées chercher dans les montagnes marocaines. 
Saïd et Omar deux copains inséparables

Saïd et Omar deux copains inséparables

© Eric Didym
Un pari audacieux
Raconter l'histoire oubliée des minorités, un pari que Jean-Paul Wenzel relève avec succès. Le travail sociologique à l'origine du texte donne de l'authenticité aux personnages. Le metteur en scène y ajoute une dimension poétique et nous fait découvrir les individus et la dimension humaine qui se cachent derrière ces populations souvent traitées comme un groupe. Une leçon d'histoire pour mieux appréhender l'immigration en France.

Jean-Paul Wenzel a passé trois mois à Forbach pour recueillir la parole de ces immigrés. L'objectif premier était d'en faire un livre. Le passage à la scène s'est imposé de lui-même.

Certains passages peuvent sembler d'une extrême violence dans une période relativement récente de l'histoire de France. On pense notamment à ces travailleurs marocains choisis sur leur physique et recevant un tampon vert sur la poitrine lorsqu'ils sont sélectionnées. Marché aux bêtes ou marché aux esclaves ? Nous sommes pourtant en 1973.

Jusqu'à quel point peut-on supporter l'humiliation, l'exploitation, l'épuisement ? C'est la question qui se pose. La réponse est en chacun de nous. A travers ces deux histoires, l'auteur a voulu avant tout raconter l'épopée humaine. La vie de ces hommes était banale ? On ressort du spectacle en se disant, peut-être pas tant que ça... 
"Ya rayah" de Dahmane El Harrachi, un chant sur l'exil
Traduction du refrain de la chanson de Dahmane El Harrachi 
Ô toi qui t'en vas, où pars-tu ? Tu finiras par revenir 
Combien de gens peu avisés l'ont regretté avant toi et moi 

"Tout un homme" de Jean Paul Wenzel par Dorénavant-Cie au TNP- Petit Théâtre
162 rue Louis Becker - 69100 Villeurbanne
 Durée : 2H30 - Places de 14 à 25 euros