Xavier Dolan à Cannes avec "Juste la fin du monde" de Jean-Luc Lagarce

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/04/2016 à 11H48
Juste la fin du monde de Xavier Dolan avec Marion Cotillard 

Juste la fin du monde de Xavier Dolan avec Marion Cotillard 

© Sons of Manual, MK2 Productions

Xavier Dolan, le jeune surdoué du cinéma est de retour à Cannes. "Juste la fin du monde", son film adapté de la pièce de théâtre de Jean-Luc Lagarce, est en compétition. Le réalisateur québécois a choisi de raconter cette histoire de famille, écrite en 1990, 5 ans avant la mort du dramaturge franc-comtois atteint du sida.

Si Mummy avait décroché le prix du Jury en 2014 au Festival de Cannes, le film de Xavier Dolan  avait surtout bouleversé le public. Le jeune réalisateur québécois devient un habitué de la Croisette. Il va de nouveau fouler le tapis rouge cette année avec, sous son bras, "Juste la fin du monde". Un long métrage au casting impressionnant, dont la sortie est prévue le 21 septembre en France. Marion Cotillard, Vincent Cassel, Léa Seydoux, Nathalie Baye et Gaspard Lulliel sont réunis par le réalisateur surdoué pour jouer cette histoire de famille. 

Cette fois, Xavier Dolan a choisi d'adapter au cinéma la pièce de Jean-Luc Lagarce, un auteur bisontin. Ecrite à Berlin en 1990 par le dramaturge atteint du Sida qui mourra 5 ans plus tard, "Juste la fin du monde" raconte l'histoire d'un jeune auteur qui après 12 ans d'absence retourne dans sa ville natale pour annoncer à sa famille sa fin prochaine. Une visite qui fera remonter à la surface les rancunes du passé. Le texte de cette pièce est depuis longtemprs disponible chez Les solitaires intempestifs. Une compagnie créee en 1992 par Lagarce lui-même et François Berreur, au sein du Théâtre de la Roulotte. 

Reportage : Pascal Schnabele - Fabienne Lemoing 


Après Mummy et avant "The Death and Life of John F.Donovan", son premier film en langue anglaise, Xavier Dolan, qui ne se cache pas d'être gay, milite pour la cause homosexuelle et se joue des tabous. "Juste la fin du monde" dresse un pont entre ses deux projets aux genres et aux profils assez distincts explique Xavier Dolan.