"Richard III Loyaulté me lie" : un clown en porcelaine chez Shakespeare !

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/01/2016 à 18H50
"Richard III - Loyaulté me lie" une création au théâtre de l'Union de Limoges de Jean Lambert-Wild, Elodie Bordas, Lorenzo Malaguerra, Gérald Garutti, Jean-Luc Therminarias et Stéphane Blanquet

"Richard III - Loyaulté me lie" une création au théâtre de l'Union de Limoges de Jean Lambert-Wild, Elodie Bordas, Lorenzo Malaguerra, Gérald Garutti, Jean-Luc Therminarias et Stéphane Blanquet

© Tristan Jeanne-Valès

Le théâtre de l’Aquarium à Paris propose jusqu’au 3 décembre 2016 la création de Jean Lambert-wild, "Richard III - Loyaulté me lie". L'épopée théâtrale menée par deux clowns fantasques plonge le spectateur dans l’œuvre revisitée de Shakespeare. Après Paris, le spectacle poursuit sa tournée en France.

Carrousel infernal, armure en porcelaine, clowns blancs et spectres inquiétants... La pièce de Jean Lambert-wild, Elodie Bordas, Lorenzo Malaguerra et Gérald Garutti, reinvente le diabolique Richard III de Shakespeare sous des traits fantasmagoriques. 
Elle est actuellement présentée au Théâtre de l'Aquarium-La Cartoucherie dans le douzième arrondissement de Paris. 

Lors de sa création au théâtre de l'Union de Limoges, une équipe de France 3 avait suivi tout le processus de fabrication. 
Reportage :  M. Codet-Boisse / F. Bordes / T. Boussely / A. Gesta-Fline / S. Bugeaud

Deux comédiens endossent 40 personnages

La pièce originale de Shakespeare compte 40 personnages, sur la scène du théâtre de l'Union, ils ne sont plus que deux. Jean Lambert-wild qui interprète Richard III et Elodie Bordas qui joue tous les autres (tantôt frère jumeau bienveillant, tantôt adversaire impitoyable). Durant deux heures, les comédiens changent de costumes, de personnages et de visages plus de cent fois et assurent une performance au rythme impressionnant.  
Elodie Bordas la femme aux mille visages de Richard III

Elodie Bordas la femme aux mille visages de Richard III

© Tristan Jeanne-Valès

Le décor comme partenaire de jeu

Inspiré du clown de Jean Lambert-wild, le décor réalisé par les ateliers du Théâtre de l’Union sous la direction d’Alain Pinochet s'impose comme un personnage à part entière de la tragédie. Celui imaginé pour ce spectacle est conçu comme une véritable machine à jouer, permettant une très grande variété de placements, d’amusements et de surprises. "Toutes les machineries, les choses qui s'ouvrent et qui se ferment, les têtes qui bougent, effectivement c'est un organisme vivant", confirme le chef d'atelier. 
Richard III Caroussel © Tristan Jeanne-Valès

Il était pour nous absolument essentiel de mettre le décor à la fois au diapason du clown et à ce que raconte la pièce. Nous l’avons donc placé au centre d’une façade de carrousel salon– à l’image d’un train fantôme ou d’un palais du rire – du même type que ceux qu’on peut encore trouver aujourd’hui dans les fêtes foraines itinérantes.

Jean Lambert-Wild à propos de Richard III

Ce carrousel infernal dessiné par Stéphane Blanquet est un véritable partenaire de jeu pour les acteurs car il est successivement actionné et subi par eux. Du rideau sortent fantômes protéiformes ou spectres inquitétants, une multitude de fantoches qui parlent, s'animent. Le petit monde fantasmé de Richard III prend vie.  
Richard III Caroussel2

© Tristan Jeanne-Valès

Richard III à la foire du trône

Misant sur l'humour du texte de Shakespeare, Jean Lambert-wild, Lorenzo Malaguerra et Gérald Garutti, les trois metteurs en scène, embarquent donc leur Richard III à la foire du trône. "Shakespeare résiste beaucoup à l’esprit de sérieux, même dans ses pièces les plus tragiques. Il existe toujours une scène de formidable drôlerie qui succède ou précède le meurtre le plus ignoble.", peut-on lire en note d'intention.  
Richard III elodie Bordas et Jean Lambert Wild © Tristan Jeanne-Valès

Une armure en porcelaine 

Jouée dans un premier temps à Limoges, la pièce de Jean Lambert-wild s'appuie sur le savoir-faire ancestral de la cité de la porcelaine. Pour son roi déchu, il a choisi de lui faire confectionner un costume à la fois noble et fragile. Pièce d’exception, destinée au théâtre, l'armure de Richard a été moulée spécialement sur le corps du comédien Jean Lambert-wild  "Cette armure est vraiment un défi", s'emerveillait Daniel Betoule, le directeur des ateliers Porcelaines de la Fabrique, en découvrant l'armure à la sortie d'atelier. 

Reportage : Christophe Bodin, Thomas Milon et Philippe Ruisseaux. 

Les costumières aussi ont dû s'adapter à ce costume atypique : "J'ai adapté un système de clips et de sangles pour la rapidité des changements. J'espère que Shakespeare est content", conclut Annick Serret-Amirat qui s'est occupé de la finition de l'armure. De son côté Esther Pillot, la costumière du théâtre, s'est chargée point par point de la création et des broderies de plus d'une dizaine de robes de scène.

Reportage : France Lamaire et Anthony Borlot 

"Un cheval, mon royaume pour un cheval !" : incarnation du mal mais figure attachante

Avant de mourir au combat contre son cheval, Richard III, roi sanguinaire et sans pitié du royaume d'Angleterre, souverain détesté et conspué de tous, trouve dans cette adaptation un salut presque honorable. "Etre roi d'Angleterre, c'est une chose, mais il cherche quelque chose de plus absolu, c'est cette conscience de l'absolu qui fait de lui un héros du mal mais aussi une figure attachante. Il n'est pas que méchant, il réussit à la fin à nous émouvoir", analyse Jean Lambert-wild dans le costume de son personnage. 
Richard III la mort © Tristan Jeanne-Valès

-> Voir également le carnet de bord de la création suivi par France 3 Limousin 

-> Et pour approfondir le sujet : ce webdoc réalisé par France 3 Limoges raconte, de manière interactive, l'histoire de la dernière création de Jean Lambert-wild et de son équipe d'après le Richard III de William Shakespeare. 

"Richard III - Loyaulté me Lie" 
Une création de  Jean Lambert-wild, Lorenzo Malaguerra & Gérald Garutti et Elodie Bordas 
Musique et spatialisation en direct : Jean-Luc Therminarias
Scénographie: Stéphane Blanquet


Les dates de la tournée 2016-17 en France 
Du 3 Novembre au 4 Décembre 2016 Théâtre de l’Aquarium Paris
6 Décembre 2016 - 20h30 -Le Carreau Forbach
13-17 Décembre 2016 - 20h30 Théâtre Dijon Bourgogne
10 Janvier 2017 - 20h30 Theatre Edwige-Feuillère Vesoul
14 Janvier 2017 - 20h30 Theatre de Bretigny Brétigny-sur-Orge
17 Janvier 2017 - 20h30 Théâtre de Chelles
20 Janvier 2017 - 20h30 L'escale en co-accueil avec la Ferme du Jeux à Vaux le Penil MELUN