Le Théâtre de Nîmes rebaptisé en hommage à Bernadette Lafont

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/09/2013 à 11H30
Bernadette Lafont dans le film  "Les Godelureaux" de Claude Chabrol (1961)

Bernadette Lafont dans le film  "Les Godelureaux" de Claude Chabrol (1961)

À l'unanimité, le conseil municipal de la ville de Nîmes a décidé samedi de donner à son théâtre le nom de l'actrice Bernadette Lafont, disparue le 25 juillet dernier.

"Bernadette Lafont était très attachée à cette région dont elle était originaire, et particulièrement à Nîmes où elle est née et a grandi", a rappelé le sénateur-maire (UMP) Jean-Paul Fournier. "Le fils de Bernadette Lafont m'a par ailleurs indiqué être très touché par l'hommage que rend la ville à sa maman et il sera présent à l'inauguration le 25 octobre", a-t-il précisé.

Égérie de la Nouvelle vague, comédienne très populaire et appréciée, Bernadette Lafont s'est éteinte le 25 juillet à l'âge de 74 ans au centre hospitalier de Nîmes, où elle avait été admise à la suite d'un malaise cardiaque.

120 films et des rôles sur les planches et le petit écran
Brune sensuelle au bagout légendaire et à la voix immédiatement reconnaissable, comédienne au jeu spontané, elle avait tourné dans plus de 120 films, tout en jouant au théâtre, à la télévision, et, dernièrement, dans une opérette (elle avait joué dans le réjouissant "Ciboulette" en février dernier à Paris, à l'Opéra-Comique).

Officier de la Légion d'honneur, Bernadette Lafont avait eu trois enfants. Sa fille cadette Pauline, actrice qui avait marqué les esprits dans "L'Eté en pente douce" de Gérard Krawczyk en 1987, était morte accidentellement en 1988 à l'âge de 25 ans.
Bernadette Lafont, "interviewée" par Thierry Le Luron, chante "Une belle fille comme moi" (1972), extrait de la BOF du film du même titre de François Truffaut