"Le Capital et son singe", fausse comédie autour du missile de Karl Marx

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/09/2014 à 17H21
Karl Marx ou Groucho Marx ? Image extraite de la pièce "Le Capital et son singe" de Sylvain Creuzevault

Karl Marx ou Groucho Marx ? Image extraite de la pièce "Le Capital et son singe" de Sylvain Creuzevault

© http://www.colline.fr/

Avec "Le Capital et son singe" donné au Théâtre de la Colline jusqu'au 12 octobre, Sylvain Creuzevault entend revisiter "Le Capital" de Karl Marx, monument de la pensée politique, sur le mode de la "comédie pure et dure". Il s'agit malgré tout d'une réflexion sur la politique, la gauche et le pouvoir, en forte résonance avec l'actualité.

"Le capital est du travail mort, qui ne s'anime qu'en suçant tel un vampire du travail vivant, et qui est d'autant plus vivant qu'il en suce davantage.", écrivait Karl Marx dans son "Capital" publié en 1867.

Les spectateurs sont assis de part et d'autre de la scène, où les acteurs débattent autour de simples tables, de celles où les révolutionnaires s'attablent des heures dans la fumée des cigarettes.

A la découverte d'un monument inconnu

La scène s'ouvre sur un monologue cocasse où le même acteur prodige (Arthur Igual) incarne Freud, Brecht et Foucault débattant autour de boîtes gigognes. Le spectateur est soit séduit, soit ... complètement perdu, et ça ne va pas s'arranger.
   
Dans "Notre terreur", une précédente pièce créée en 2009, Sylvain Creuzevault s'attaquait à la révolution française avec bonheur, toujours selon le même principe de création collective, à partir d'improvisations avec ses acteurs.
   
Mais le sujet est ici autrement ardu, et le fonds de connaissance du spectateur plus flou. Pour beaucoup, Raspail et Louis Blanc ne sont que des noms de stations de métro, tandis que Robespierre fait partie de l'imaginaire populaire.

Faut-il combattre avec les armes ou les idées ?

Deux grands épisodes jalonnent la pièce: en mai 1848, Blanqui, Raspail, Louis Blanc débattent de la conduite à mener face à la République, alors que la gauche vient d'être évincée du gouvernement, et bientôt trahie. Faut-il prendre les armes? Combattre avec les idées?
   
Un saut dans le temps, et nous voici en 1919. La Ligue spartakiste, menée par Rosa Luxembourg et et Karl Liebknecht, prône une radicalisation. Un soulèvement, qu'elle juge prématuré, est lancé et échoue. Rosa Luxembourg est assassinée par la police et son meurtre déguisé en accident.
   
"Gare à la revanche des pauvres"

Au fil des épisodes, les acteurs décortiquent les grandes notions marxistes, de la "valeur marchande" à la "valeur d'échange", sans jamais se prendre au sérieux. Blagues, chansons, improbable présence de Lacan et Freud au milieu des débats de 1848 sauvent la pièce de toute prétention professorale, au risque toutefois de brouiller le message.
   
Fausse comédie, ce "Capital et son singe" est bel et bien une réflexion sur la politique, la gauche et le pouvoir, sujets ô combien d'actualité. L'ouvrier décrit par Marx est devenu un consommateur avide d'iPhones dernier cri, mais n'en est pas moins aliéné.
   
"Gare à la revanche, quand tous les pauvres s'y mettront", fredonnent les acteurs dans le final, entonnant "La semaine sanglante", célèbre chanson sur la Commune de Paris.
   
"Le Capital et son singe" est donné dans le cadre du festival d'Automne à Paris, jusqu'au 12 octobre à la Colline. Il sera ensuite en tournée en France et en Belgique.