Jacques Gamblin prend le large avec Thomas Coville : une amitié et une correspondance racontées sur scène

Par @Culturebox
Mis à jour le 14/02/2017 à 11H29, publié le 11/02/2017 à 14H12
Jacques Gamblin sur la scène de l'Espace Malraux à Chambéry. 

Jacques Gamblin sur la scène de l'Espace Malraux à Chambéry. 

© Capture d'image France3/Culturebox

Jacques Gamblin présente ce week-end à l’Espace Malraux à Chambéry la pièce "Je parle à un homme qui ne tient pas en place". Une création, seul en scène, qui raconte sa correspondance avec son ami navigateur Thomas Coville.

Le comédien Jacques Gamblin et le navigateur Thomas Coville sont amis. Une amitié que le comédien nous livre dans son dernier spectacle "Je parle à un homme qui ne tient pas en place", lors de deux représentations ce week-end à Chambéry.

Reportage :  A. Combes-Savary / C. Mathieu / S. Villatte / S. Dumaine / C. Fayolle 

La pièce s’inspire d’une correspondance entre le comédien et le navigateur qui date de 2014. Nous sommes en janvier. Thomas Coville tente pour la 4e fois de battre le record du monde à la voile en solitaire sur son trimaran de 30 mètres. Pendant trente jours, Jacques Gamblin envoie quotidiennement des mails à son ami pour le soutenir, l’accompagner et l’encourager.  

Te voilà filant dans le vent. Pense à respirer. Je te salue fort.

Jacques Gamblin


Le comédien tente, jour après jour, de trouver les mots justes, sans savoir si, de l’autre côté de l’océan,  il est entendu et compris. "Je parle à cet homme qui a certainement autre chose à faire que de me répondre." L’anticyclone de Sainte-Hélène s’installe. L’aventure tourne court. Le marin abandonne. Et donne enfin signe de vie.
 

Et puis un moment donné, il me répond mais pas deux phrases. Une lettre super bien écrite très belle, très profonde. Il tente de dire ce qu’il va chercher au loin.

Jacques Gamblin


Le comédien et le navigateur partagent le même amour de la mer, le même besoin de se mettre en danger. 
 

On s’est donné dans chacun de nos métiers les choses les plus difficiles à faire. Lui court après le record le plus cinglé à établir. Et moi, je me donne aussi ce qu’il y a de plus difficile dans ma profession. Puisque j’écris mes histoires et je les joue.

Jacques Gamblin


Finalement, trois ans plus tard, le  25 décembre 2016, Thomas Coville pulvérise le record du tour du monde à la voile en 49 jours, soit huit jours de moins que le précédent record de 2008.  La cinquième tentative fut la bonne.  
 

Thomas Coville à la Trinité-sur-Mer, après avoir battu le record du tour du monde à la voile en solitaire (décembre 2016)

Thomas Coville à la Trinité-sur-Mer, après avoir battu le record du tour du monde à la voile en solitaire (décembre 2016)

© Béatrice Legrand / Ouest France / Maxppp


La pièce est présentée samedi soir à 20h30 et dimanche à 17h à l'Espace Malraux de Chambéry. Thomas Coville doit également participer à une rencontre avec le public ce dimanche 12 février à 10h00.