Des marionnettes de tous les horizons au festival de Charleville-Mézières

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/09/2015 à 16H52
Duda Paiva, Albedo : des marionnettes à taille humaine créées par le danseur brésilien Eduardo de Paiva Souza.

Duda Paiva, Albedo : des marionnettes à taille humaine créées par le danseur brésilien Eduardo de Paiva Souza.

© Silvia Machado

Figurines traditionnelles à fils, jeux d'ombres portées ou théâtre d'objets les plus technologiques : cent compagnies venues du monde entier ont rendez-vous à Charleville-Mézières, dans les Ardennes (18-27 septembre), pour le plus grand festival dédié à cet art en constante évolution.

Pour sa 18e édition, le Festival mondial des théâtres de marionnettes a programmé une centaine de compagnies venues de 25 pays des cinq continents pour près de 580 représentations en salle comme dans les rues bordant la splendide place Ducale.
              
"Art protéiforme" qui a su s'affranchir du traditionnel castelet pour investir l'espace scénique en empruntant à la danse contemporaine, au cirque, aux arts plastiques ou à la vidéo, la marionnette "est finalement au centre des arts et de la création contemporaine", selon Anne-Françoise Cabanis, la directrice du festival.
              
Expositions, conférences, ateliers, vitrines des commerces décorées de figurines articulées, toute la ville décline le thème de la marionnette pendant les 10 jours du festival, qui attend plus de 150.000 visiteurs (autant que le "in" d'Avignon) et quelque 450 programmateurs venus chercher la perle rare pour leur théâtre.
La compagnie Transe Express présente sa nouvelle création, "Mû-Cinématique des fluides", au festival mondial des marionnettes de Charleville-Mézières

La compagnie Transe Express présente sa nouvelle création, "Mû-Cinématique des fluides", au festival mondial des marionnettes de Charleville-Mézières

© Angelina Lombardo


En ouverture, une grande déambulation         

Pour inaugurer le festival, le public était invité vendredi soir à une grande déambulation avec la mécanique aérienne de la compagnie "Transe Express" qui  présente sa nouvelle création "Mû-Cinématique des fluides".
              
Deux compagnies, une française et une étrangère, sont particulièrement mises à l'honneur pour cette édition : "Les Anges au plafond" fondée par Camille Trouvé et Brice Berthoud qui mettent en scène des marionnettes de papier à taille humaine, et "Duda Paiva", créée par le danseur brésilien Eduardo de Paiva Souza dont le corps est greffé d'artefacts de mousse.
              
En têtes d'affiche, les festivaliers retrouveront notamment la Franco-autrichienne Gisèle Vienne avec "The Ventriloquists Convention" ou les Néerlandais du "Stuffed Puppet Theatre" et leurs grandes marionnettes à visages grotesques.

Un festival pour les petits et les grands          

Côté tradition, le public pourra apprécier les marionnettes à gaines du virtuose chinois Yeung Faï dans "Thea House", ou également les Thaïlandais du "Joe Louis Theatre" et leurs ancestrales figurines de bois et de papier mâché.
              
Avant tout destiné à un public d'adultes, le festival propose également une programmation à l'attention du jeune public.
 
Le programme complet sur le site du festival.