"Begin the Beguine", une pièce inédite de Cassavetes à l’affiche à Montpellier

Par @Culturebox
Publié le 25/01/2017 à 13H04
Répétition de "Begin the Beguine" avant la première le 26 janvier 2017 

Répétition de "Begin the Beguine" avant la première le 26 janvier 2017 

© Capture d'image France3/Culturebox

Le théâtre Humain trop humain (CDN de Montpellier) présente à partir de ce jeudi 7 représentations de "Begin the Beguine". Un texte du célèbre cinéaste américain John Cassavetes jamais joué sur scène ou sur grand écran. Le metteur en scène flamand Jan Lauwers l’a ressuscité sur les planches.

"Begin the Beguine" est le dernier texte écrit par John Cassavetes avant sa mort en 1989. Le légendaire cinéaste américain le destinait à Peter Falk et Ben Gazzara. Malheureusement, ce scénario n’a jamais été adapté, ni au cinéma, ni au théâtre.

Reportage : J. Escafre / N. Chatail / F. Paul-Paslier

Fan de John Cassavetes, le metteur en scène flamand Jan Lauwers a décidé de faire vivre cette œuvre à la demande de l’éditeur allemand S. Fischer Verlag. Une première fois à Vienne, en Autriche, en 2014. Aujourd’hui, c’est une deuxième version que Humain trop humain, le Centre Dramatique National de Montpellier, présente du 26 janvier au 3 février 2017.

John Cassavetes est l’un des artistes les plus intéressants que je connaisse. Son approche humaine de l’art a été et reste une influence importante pour moi.

Jan Lauwers
 
John Cassavetes dans "Rosemary's Baby", 1968

John Cassavetes dans "Rosemary's Baby", 1968

© Photoshot/MAXPPP

Le titre "Begin the Beguine" renvoie à l’air classique de Cole Porter. Avec son texte, John Cassavetes nous entraine dans une allégorie noire et flamboyante sur l’amour et la mort. Sur scène, deux hommes sont en bout de course. Ils veulent s’en donner à cœur joie, une dernière fois. Dans leur chambre obscure, ils font appel à des prostituées, des danseuses. L’un veut du sexe, l’autre des sentiments.

C’est très critique pour les hommes. Pourtant on peut penser que c’est presque antiféministe. Mais c’est le contraire. C’est un féminisme pur sang.

Jan Lauwers
Jan Lauwers sur la scène du CDN de Montpellier 

Jan Lauwers sur la scène du CDN de Montpellier 

© Capture d'image France3/Culturebox

Le texte de John Cassavetes réunit deux familles de comédiens. Deux acteurs espagnols de l’équipe de Rodrigo Garcia pour les personnages masculins et deux comédiennes de Needcompany, la troupe de Jan Lauwers. Une rencontre détonante mais pleine d’humanité pour un très bel hommage à John Cassavetes.
 

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !