Off d'Avignon : "Les coquelicots des tranchées", un pari fou… et réussi

Par @pygrenu Rédacteur en chef de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/07/2014 à 16H23
"Les Coquelicots des tranchées" au Off d'Avignon © Lot

Présentée à la Luna, cette pièce tient du challenge : faire revivre les quatre ans, trois mois et onze jours de la Première Guerre Mondiale, les combats et la vie quotidienne, sur une scène de 60 m2. Et ça marche ! La salle ne désemplit pas.

A l'issue du spectacle de ce dimanche matin, Xavier Lemaire a le sourire en regardant La Luna se vider lentement de son public. Une fois de plus, les 150 places ont été prises d'assaut. Le bouche à oreille, le média le plus puissant d'Avignon, fonctionne à merveille. Et pourtant, ce n'était pas gagné. "C'était un pari, tous ces personnages, ces changements de décors… Un peu comme au cinéma" confirme le metteur en scène des "Coquelicots".

Et c'est sans doute ce que le public apprécie le plus : ce rythme étourdissant, ces successions de scènes, qui parfois se juxtaposent. Des soldats sur la ligne de front, et à quelques mètres d'eux, une famille de paysans qui compte ses absents. Avec moins de talent et de créativité, tout aurait pu tomber à plat. Mais le ballet savamment organisé, la rigueur de l'organisation font rapidement oublier l'exiguïté du lieu. L'implication des comédiens, qui tiennent tous plusieurs rôles, achève de faire la différence.
Scène des "Coquelicots des tranchées" © Lot
La saga nous fait donc explorer toutes les évolutions du moral français. Les premières semaines, la confiance est maximale. Les soldats sont persuadés de ne faire qu'une bouchée de l'ennemi. Leurs familles, malgré l'angoisse, portent haut le patriotisme tricolore. Mais le temps passe, la sale guerre montre son vrai visage. Les tranchées, le froid, les rats, l'odieux parfum de la mort. Et l'aveuglement des chefs militaires, stratèges aussi médiocres qu'impitoyables. Les hommes tombent, les familles plongent dans la douleur.

Découpé comme un film, ce spectacle n'hésite pas à faire le grand écart entre la sombre réunion de famille en attente de nouvelles du front qui ne viendront jamais et le bordel des officiers supérieurs, lâchant leurs petits secrets militaires à des entraîneuses intéressées. 12 comédiens, 50 rôles, des tableaux très réussis. Quand le système D devient grand spectacle. Bravo, les artistes.

Le résumé du spectacle
"Les coquelicots des tranchées" sont une fresque historique sur la guerre de 14-18. Nous suivons la saga d¹une famille de paysans traversant toute la Grande Guerre, de la cuisine d¹une ferme au Grand Quartier Général, des tranchées au lupanar des officiers, des scènes d¹hôpital aux retrouvailles conjugales. Objectif de ce spectacle : réveiller nos consciences et humaniser notre regard sur 14-18, en revisitant la grande Histoire.

Texte de Georges Marie Jolidon et Xavier Lemaire
Adaptation et Mise en scène : Xavier Lemaire
Distribution : Michèle Simonnet, Sylvia Bruyant, Christophe Calmel, Marion Champenois, Eva Dumont, Manuel Olinger, Franck Jouglas, Céline Mauge, Didier Niverd, Thibault Pinson, Vincent Viotti, Philipp Weissert
Décoratrice : Caroline Mexme
Création lumières : Didier Brun
Costumes : Virginie Houdinière
Compositeur : Fred Jaillard

Ce spectacle de l'Atelier Théâtre Actuel a obtenu le label "Centenaire" délivré par la commission centenaire de la Première Guerre Mondiale. Il sera présenté à la rentrée à Paris au Théâtre 14.