"Et les poissons partirent combattre les hommes" : vivre et laisser mourir

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/07/2015 à 10H02
"Et les poissons partirent combattre les hommes"

"Et les poissons partirent combattre les hommes"

© compagnie Maskantête

L'Europe n'avait pas encore la mauvaise conscience de Lampedusa, mais tous les jours des corps noirs venaient déjà s'échouer sur les plages espagnoles. En 2008, Angélica Liddell publiait ce texte-manifeste cru et radical dont la compagnie Maskantète propose une adaptation très convaincante à Avignon. Un spectacle récompensé par le "Prix Tournesol de l’actualité".

Avec "Y los peces salieron a combatir los hombres", l'auteure espagnole avait mis le doigt et les mots là où ça fait mal. "Ils viennent se noyer aux pieds de nos chaises longues". Et voilà des vacances gâchées, bon sang, "il va falloir que nous partions plutôt à la montagne".

L'Europe indifférente face à ces vagues de sang sur ses côtes, le cynisme, le repli sur soi, tout est dans ce texte court, rageur. Sur la scène de l'Alizé, Anne-Frédérique Bourget a choisi l'épure. La mer, ce sera ces bâches transparentes, dans lesquels deux comédiens s'étreignent et s'étranglent.
"Et les poissons partirent combattre les hommes". © compagnie Maskantête

Adrien Mauduit et Arnaud Agnel (un petit air de Jon Hamm-Don Draper dans "Mad Men") se livrent à une danse oppressante en s'adressant à "Monsieur Lapute", incarnation de la bien-pensance et de l'etablishment occidentaux. "Avec tous ces noirs qu'ils ont mangé, les poissons commencent à avoir des yeux d'être humains, (…) On va devoir arrêter de manger du poisson".

Ce texte qui saigne fait mal et mouche. Porté par les rythmes d'Alexis Sebileau, il dégage une rage spectaculaire qui jamais ne retombe. Les deux comédiens le servent avec ce qu'il faut de distance, d'élégance et d'autocaricature.

Montée par la compagnie nordiste Maskantête, cette adaptation parvient à ses fins : le malaise est là. Au moment où nous la découvrons, combien de radeaux à la dérive en Méditerranée ?

"Et les poissons partirent combattre les hommes" par la compagnie Maskantête 
Théâtre Alizé – 15 rue du 58e R.I. Avignon
04 90 14 68 70
Tous les jours à 18h25 jusqu'au 26 juillet (relâche le 23)
Tarif : 15 euros