"Zig Zag" : La drôle de leçon de théâtre de Xavier Lemaire à Avignon

Par @sophiejouve1 Rédactrice en chef adjointe de Culturebox, responsable de la rubrique Théâtre-Danse
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/07/2015 à 10H43
La leçon de théâtre de Xavier Lemaire

La leçon de théâtre de Xavier Lemaire

© Chantal Depagne/Palazon

Xavier Lemaire, comédien-metteur en scène, patron de la Cie Les Larrons, vient de vivre une belle année. Sa pièce "Les coquelicots des tranchées", créée à Avignon l’année dernière, a reçu le Molière 2015 du théâtre public. Il revient cette année avec un spectacle plus modeste intitulé Zig Zag : une conférence mouvementé sur le théâtre et la mise en scène.

Trois variations sur la première scène du "Médecin malgrè lui"

Une petite veilleuse sur la scène nue s’appelle une servante. Le conférencier Xavier Lemaire, commence sa leçon, nous ouvrant les coulisse du théâtre afin d'aiguiser notre regard sur les multiples manières de raconter, de mettre en scène. Démonstrations à l’appui.

Car ce sont trois variations sur la première scène du "Médecin malgré lui" de Molière, qui nous seront proposées. Mais voilà la leçon déjà interrompue par deux régisseurs de plateau clownesques en train de monter le décor. Isabelle Andréani et Franck Jouglas, très drôles, qui joueront également Martine et Sganarelle.

Zig Zag ou les coulisses du théâtre © Chantal Depagne/Palazon


La naissance du metteur en scène au XXe siècle

Il y aura la version classique dans l’esprit Commedia del arte où le costume joue un rôle essentiel dans l’effet comique : ainsi Sganarelle est vêtu richement avec collerette et bas, comme un noble. A l’époque de Molière, rappelle Lemaire, « le metteur en scène n’existait pas, l’acteur était roi ». 

Image : Benjamin Hoffmann

Il faut attendre le 20e siècle et un théâtre plus vrai, plus touchant pour voir la mise en scène apparaitre. La version « symboliste » du "Médecin malgré lui" vaut son pesant de cacahuètes. Sur une musique contemporaine, immobiles, face au public, les comédiens émettent borborygmes et mouvements saccadés, faisant ressortir le décalage entre le texte et l’action.

Savoureux

« Si on laisse la pièce s’exprimer toute seule, on peut ne rien entendre du tout » conclut Lemaire qui cite à l'envie Jouvet, Bouquet ou Vitez. « Le metteur en scène ne demande pas à être Dieu et pourtant il lui ressemble. Il donne le point de vue, la vision de la pièce ».

Suivront une audition savoureuse, avec un intermittent en grève qui ne déclamera qu’un mot sur deux, ou cette vendeuse en grande surface, qui rêve d’être un jour sous les projecteurs.

Une gare, deux SDF complètement ivres, le spectacle s’achève sur la version moderne du "Médecin malgrè lui", avec une recherche d’incarnation « stanislavskien »… Nous n’en diront pas plus

Si nous avons trouvé les interventions de Xavier Lemaire parfois un peu longuettes, dans la deuxième moitié de la pièce, le public, lui, semble ravit de ce spectacle qui l'aidera peut être à mieux comprendre les suivants. Programmé à 11H01, Zig Zag draine tous les aficionados de Xavier Lemaire, réservation conseillée.

Zig Zag au théâtre La Luna (du 3 au 26 juillet 2015)
De et mise en scène de Xavier Lemaire
Avec Isabelle Andréani, Franck Jouglas et Xavier Lemaire

1 rue Séverine, Avignon
Durée du spectacle : 1H20
Réservation : 04 90 82 61 10