Immersion et repérages : la folle journée d'une chercheuse de talents à Avignon

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 16/07/2015 à 18H54
Béatrice Fumet : marathon dans les rues d'Avignon

Béatrice Fumet : marathon dans les rues d'Avignon

© Laurence Houot / Culturebox

Avignon est envahi par une foule de festivaliers dingues de théâtre venus pour le plaisir. Mais le festival, c'est aussi un lieu de rencontre et de découvertes pour les professionnels. Une telle concentration de compagnies, de comédiens, d'institutions, est unique en son genre. rencontre avec Béatrice Fumet, responsable du réseau Jeune Public au Théâtre Jean Vilar à Vitry-sur-Seine.

Elle a à peine débarqué à Avignon qu'elle s'engouffre déjà dans une salle de théâtre, pour voir au Girasole, un lieu qu'elle connait bien et qu'elle apprécie, la première pièce de son programme marathon. Béatrice Fumet, responsable du réseau et conseillère Jeune Public au Théatre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine, On l'attrape avant qu'elle ne court au prochain spectacle inscrit à son programme.

Elle est là pour quatre jours et n'a pas de temps à perdre. Objectif : repérer des spectacles Jeune public - c'est sa spécialité- qui pourraient correspondre à l'esprit et aux attentes du Théâtre Jean Vilar à Vitry-sur-seine, en banlieue parisienne. 

Pour faire son programme (elle a prévu de voir au moins 10 pièces Jeune public pendant son séjour à Avignon), elle lit les critiques, "mais il y en a très peu sur le théâtre Jeune Public", souligne-t-elle. Alors j'essaie de dénicher des infos sur le Net, je vais aussi voir des choses dont j'ai entendu parler par des collègues lors de rencontres, et puis je lis aussi les présentations des compagnies".

"Un moment pour nourrir mon métier"

Elle se laisse aussi la possibilité de voir des choses qu'elle n'avait pas prévues. Elle a pour mission à la rentrée prochaine de repositionner le théâtre Jeune Public à Jean Vilar. "On travaille beaucoup aussi avec des artistes en résidence. Alors ici à Avignon c'est l'occasion de connaître le travail de ceux que l'on aimerait accueillir, ou de ceux que l'on aura en résidence, comme Keredin Lardjam, qui sera chez nous à la rentrée prochaine", poursuit la jeune femme.

"C'est aussi un moment qui nourrit mon métier", ajoute-t-elle. Elles sont trois à venir faire ce travail de repérage à Avignon (la directrice et la secrétaire générale). "L'an dernier, Nathalie Huerta, la directrice, a déniché énormément de spectacles qui sont dans la programmation de la rentrée prochaine. Elle venait de prendre la direction du théâtre et pour elle c'était l'occasion de marquer sa patte", explique Béatrice Fumet.

Au retour, elles mettent en commun et échangent les informations glanées au cours de ce marathon. Et comment élisent-elles un spectacle ? Je regarde le texte, déjà, et je cherche des formes contemporaines, qui entrent dans le projet artistique du théâtre, explique-t-elle.et il y a aussi le public de sa ville. "Vitry, c'est une grosse ville, avec des problématiques spécifiques : le rapport filles/garçons, la citoyenneté, l'engagement, et un gros enjeu aussi sur les ados", conclut-elle. Il faut qu'elle me quitte. L'heure du prochain spectacle a sonné.