Olivier Py : "Shakespeare est le plus grand, il demande l'impossible !"

Par @sophiejouve1 Rédactrice en chef adjointe de Culturebox, responsable de la rubrique Théâtre-Danse
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/07/2015 à 19H41
L'interview d'Olivier Py © PhotoPQR/Maxppp

Cette fois c'est parti, le Roi Lear traduit et mis en scène par Olivier Py a ouvert samedi 4 juillet le 69e festival d'Avignon. La vision du directeur du festival sur cette pièce crépusculaire de Shakespeare va alimenter des débats passionnés entre festivaliers, pendant quelques jours. Vendredi à l'issue de la générale, Olivier Py a répondu à nos questions.

Trois pièces de Shakespeare cette année au festival d'Avignon, c'est l'auteur incontournable ? 


Dans votre déclaration d'intention vous dites que Le Roi Lear est une prophétie du monde moderne ?



Vous avez pris des libertés dans la traduction, notamment avec les chansons grivoises du fou ?



Comment vous est venu l'idée de réduire Cordélia au silence ?



A lire aussi : Le "Roi Lear" tragique et bouffon d'Oliver Py résonne en Avignon

 
                   Amira casar : "Le Roi Lear est un père profondément malade et incestueux"  

 

Le reportage de Fance le soir de la générale du 3 juillet : F.Poret, V.Bour, P.Naudin