« Je commence à comprendre que je suis exilée de mon sexe. Exilée volontaire. En lutte armée, en résistance. Contre celle que j’aurais dû être. » Lola Lafon

Opposer à ce qui nous entoure le désir inextinguible d’un autre possible qui ne soit pas une fuite, mais plutôt le choix d’être au monde en n’étant jamais immobile. S’affirmer joyeusement irrécupérables et évadées de toutes les pesanteurs. Avec la danse comme vocabulaire de vie, la danse qui exige qu’on travaille en résistance. La danse comme réécriture d’un monde. Se demander à qui appartiennent nos gestes, à qui appartiennent nos corps ? Nos pensées sans cesse réorganisées, reformulées dès lors qu’elles vont trop loin, débordent du cadre, rayent le possible ? Chercher. Déposer des questions. Fabriquer des doutes.  

Lola Lafon et Marie-Agnès Gillot réunies. Deux personnalités dont l'audace, l'exigence et la ténacité qui vont de pair, forcent le respect. Les remises en question de l'histoire, des chemins et des destins leur correspondent, et dans l'assurance que l'on pourrait leur porter est le doute. Un doute qui passe par la grande mobilité, le changement de ce qu'elles sont, la métamorphose de ce qu'elles continuent d'être. Les possibles doivent rester ouverts pour être « irrécupérables », joyeusement irrécupérables, dans la projection, l'évasion, et surtout le désir.

Danseuse-étoile de l'Opéra de Paris et chorégraphe, Marie-Agnès Gillot a contraint son corps aux exigences de la danse classique depuis son enfance. Tout en dansant pour le répertoire de l'Opéra de Paris, Pina Bausch, Maurice Béjart ou William Forsythe, elle cultive des affinités artistiques avec des metteurs en scènes et artistes plasticiens comme Pippo Delbono et Olivier Mosset.

Auteure de quatre livres et trois disques, l'écrivaine et musicienne Lola Lafon fréquente les librairies comme les studios d'enregistrement et les théâtres, tels l'Odéon-Théâtre de l'Europe ou les Bouffes du Nord pour lesquels elle crée des concerts-lectures. Dans La Petite Communiste qui ne souriait jamais (Actes Sud, 2014), elle mêle petite et grande histoires, gymnastique et géopolitique, pour interroger la construction du corps féminin, motif récurrent de son travail. En juin 2014, elle obtient le Prix Étonnants Voyageurs 2014.

> Une commande à Lola Lafon et Marie-Agnès Gillot


© photo Christophe Raynaud de Lage

Retrouvez chaque semaine les plus grands musiciens, chanteurs, danseurs, chorégraphes ou metteurs en scène Au clair de la lune, le jeudi sur France 2

Distribution

  • Date 18 juillet 2014
  • Durée 30min
  • Production Compagnie des Indes
  • Réalisation Sophie Laly
  • Textes / chants Lola Lafon « Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » (Babel) / « La petite communiste qui ne souriait jamais » (Actes Sud) / Voltairine de Cleyre, « D’espoir et de raison » (Lux)
  • Peinture Olivier Mosset
A lire aussi