"Floating Flowers" : la déferlante chorégraphique d'un jeune taïwanais à Avignon

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/07/2016 à 09H32
"Floating Flowers", Po-Cheng Tsai, Avignon Off 2016

"Floating Flowers", Po-Cheng Tsai, Avignon Off 2016

© LH / Culturebox

"Floating Flowers" est l'un des quatre spectacles présentés par Taïwan, qui fête sa 10e année de présence au festival OFF d'Avignon. Un spectacle chargé d'une énergie rare, servi par des danseurs impressionnants. La chorégraphie est signée Po-Cheng Tsai, jeune chorégraphe taïwanais de 29 ans particulièrement inspiré.

La note Culturebox

5
5/5
Pendant que les spectateurs s'installent, les danseurs sont déjà sur le plateau. En tenue de répétition, ils font leurs exercices d'assouplissements, se concentrent, des tutus de tulle disposés comme des fleurs sur la scène. Leur départ signe le démarrage du spectacle.

De retour quelques secondes plus tard, ils enfilent les jupons. Percussions, sons électroniques, la musique enfle, la salle s'emplit d'un grondement sourd. Les corps se mettent en mouvement. Quatre danseurs. Quatre danseuses. Tous en longs tutus blancs équipés d'arceaux, seuls accessoires scéniques du spectacle. Premier tableau. Le spectacle commence.

La chorégraphie apporte des réponses aux questions

"J'ai conçu ce spectacle après la mort de mon père", explique Po-Cheng Tsai, le chorégraphe. "Après sa disparition, j'ai commencé à imaginer la vie des êtres humains comme des lampions qui se déplacent au rythme des mouvements de l'eau", poursuit-il. Sa chorégraphie est inspirée d'une fête religieuse taïwanaise, qui porte le nom de son spectacle "Floating Flowers", une fête religieuse, pour célébrer les morts, où l'on allume lampes que l'on pose sur l'eau, les lacs, ou les rivières, des lampions en forme de fleurs.
"Floating Flowers" © LH / Culturebox
"Je ne suis pas croyant, mais je voulais faire une fête moi aussi, pour donner une voix à mon père disparu", explique-t-il. "Et aussi, cette disparition m'a interrogé sur la vie, et sur la mort, et pour moi, l'art, la chorégraphie, c'est une manière d'apporter des réponses à ces questions", confie Po-Cheng Tsai.

Il a donc conçu la chorégraphie de "Floating Flowers" sur cette idée de l'eau. "La surface est calme, mais parfois les vagues surgissent, il y a quelque chose qui s'agite, en dessous, et les corps se mettent en mouvement".

"Il faut que la tempête s'exprime jusqu'au bout, ensuite le calme peut revenir"

Sur scène, l'effet est saisissant. Les corps, chaque corps, mais aussi celui que forme le groupe, se transforment en ondes tantôt paisibles, tantôt tempétueuses, les danseurs véhiculent cette puissance de l'eau, maîtresse du mouvement, facteur de risque, de bousculade, de déséquilibres, mais aussi source de vie.
La bande son est composée par Rockid Lee, un designer sonore et compositeur de musique de cinéma. Percussions, électro, piano et violoncelle, elle occupe tout l'espace, comme un matériau vivant tantôt fluide, aérien, tantôt épais, oppressant. "La musique, c'est fort comme les vagues de plus en plus fortes, de plus en plus puissantes, et il faut que la tempête s'exprime jusqu'au bout, ensuite seulement le calme peut revenir", explique Po-Cheng Tsai.

Les danseurs effectuent des petits pas de danse, les mains se déplient, tournent sur elles-mêmes comme dans les ballets traditionnels extrême-orientaux, les corps se déhanchent. Danse sociale, délicate ou tribale, ensemble, dans une même transe. Ils dansent en couple. Ils dansent ensemble. Parfois un individu s'échappe du groupe, puis il rentre dans le rang.
"Floating Flowers", Po-Cheng Tsai Avignon 2016 (2) © Chang-Chih Chen
Et puis la troupe se divise en deux : il ne reste que quatre danseurs, deux fois plus grands. Fusion des corps, le dessous danse avec le dessus, dans un seul mouvement. Ils jouent avec les jupons, les soulèvent ou s'y cachent. La lumière et la vitesse les transforment en oiseaux, en nuages, en volutes. C'est tout simple. C'est beau.

Salle comble, public debout

On assiste à la danse du monde, qui traverse toute l'histoire des hommes. L'implication des danseurs fascine, sur une corde tendue de la première à la dernière seconde. Et quand le spectacle s'arrête, que la tempête est finie, on recommence à respirer.

Po-Cheng Tsai entame une tournée en Europe avec son spectacle. Avignon est la première étape. "J'aime beaucoup être ici, où tout tourne autour de l'art. et je pense que la danse est un langage universel, qui peut parler à tout le monde".
Le chorégraphe Po-Cheng Tsai (au centre) avec les danseurs de sa troupe

Le chorégraphe Po-Cheng Tsai (au centre) avec les danseurs de sa troupe

© LH / Culturebox
A Avignon en tous cas on se précipite déjà pour venir voir cette performance magnifique. La salle est comble, et le public ravi, debout pour applaudir et ovationner la troupe. Po-Cheng Tsai salue du fonds de la salle, les mains jointes. 

"Floating Flowers", Chorégraphie de Po-Cheng Tsai
Interprètes :
Siou-Kee Kek, Chien-Chih Chang, Sheng-Ho Chang, Yuan-Hao Chang, Chiung-Tai Huang, I-Han Huang, Yu Chang, Ming-Hsuan Liu
Au CDC Les Hivernales jusqu’au 20 juillet tous les jours à 2OH00

Trois autres spectacles taiwanais à voir à Avignon :

"La naissance", de Jung-Shih Chou, PeiYu Shih
Marionettes et ombres, à partir de 3 ans.
Condition des Soies, tous les jours à 14H00
"Mama Luna", de Kai-Lin Yuang
Clown, mimes et jeux de masques, à partir de 7 ans.
La Condition des Soies, tous les jours à 15H35
"Play me", de I-Fen Tung
Danse et théâtre.
La Condition des Soies, tous les jours à 17h10