Off d'Avignon : Nicole Dogué est "la voix humaine" de Jean Cocteau

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/07/2013 à 17H19
Jean Cocteau auteur de "La voix humaine"

Jean Cocteau auteur de "La voix humaine"

© Archives du 7eme Art / Photo12

Cette « Voix humaine », écrite par Jean Cocteau en 1930, est une affaire de femmes, comme le montre la remarquable interprétation de Nicole Dogué dans le Off du festival d’Avignon (au théâtre du Bourg-Neuf jusqu’au 31 juillet).

Cette comédienne née à la Martinique impressionne par la diversité de ses registres, à la hauteur du texte (tension, rage, écoute, dignité, amour empêché). Son jeu de scène s’impose dans les sept premières minutes du spectacle où la femme (la voix humaine) attend le coup de téléphone. Avant le premier « Allo », elle se morfond, fait les cent pas, se saisit d’un énorme oreiller consolateur, fume nerveusement.

Avec Marja-Leena Junker, metteure en scène luxembourgeoise née en Finlande, c’est leur cinquième collaboration. D’elles, nous avions vu en 2010 une "Agatha" de Marguerite Duras, très réussie.
Le personnage conçu par Cocteau
Certains se souviennent de la lecture de « La Voix humaine » par Simone Signoret. La grâce de Cocteau, poète, dessinateur et dramaturge, s’exprime dans ce monologue où une femme tente de prolonger en vain une relation rompue. Cocteau crée l'archétype de la femme trompée et abandonnée. Le personnage souffre de cet amour déchu.

Nicole Dogué et Marja-Leena Junker en font une souffrance digne. À une époque où le téléphone n’était pas aussi répandu que les réseaux sociaux aujourd’hui, Cocteau nous prévenait : « Non seulement le téléphone est parfois plus dangereux que le révolver, mais aussi son fil méandreux pompe nos forces et ne nous donne rien en échange. J'ai écrit cet acte comme un solo de voix humaine pour une actrice (ou cantatrice) ». Un texte devenu un classique.

"La voix humaine" de Jean Cocteau
Théâtre du Bourg Neuf
5 bis rue Bourneuf, Avignon
durée : 1 heure
Réservations : 04 90 85 17 90