"L'importance d'être Wilde" : un bouillon de littérature "sauvage" en Avignon

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/07/2013 à 11H12
Anne Priol, Emmanuel Barrouyer et Pascal Thoreau lors du filage de la pièce "L'importance d'être Wilde" au Théâtre du Lucernaire (Paris)

Anne Priol, Emmanuel Barrouyer et Pascal Thoreau lors du filage de la pièce "L'importance d'être Wilde" au Théâtre du Lucernaire (Paris)

© DELALANDE RAYMOND/SIPA

Oscar Fingal O'Flahertie Wills Wilde, plus connu sous le nom d'Oscar Wilde, nous a quitté un beau jour de 1900 dans la misère la plus absolue. Un comble pour le plus grand auteur irlandais de tous les temps, poète visionnaire, brillant génie et provocateur dans l'âme. "L'importance d'être Wilde" rend hommage à ce polisson "sauvage" à la répartie cinglante, mort dans le plus complet anonymat...

Revisiter en 75 minutes toute l'oeuvre d'Oscar Wilde aurait été suicidaire. En revanche, créer un spectacle décalé en s'appuyant sur les tous les excès de son auguste personne sonne curieusement juste. Avec un humour sans concession et d'une subtile grivoiserie à l'image de l'auteur du "Portrait de Dorian Grey", "L'importance d'être Wilde" nous offre une déroutante et délicieuse plongée dans l'univers d'un homme qui ne semble jamais avoir cessé d'être acteur. 
"L'importance d'être Wilde" : texte et mise en scène de Philippe Honoré
Anticonformisme

La grande force de "L'importance d'être Wilde" réside dans un jeu d'acteur volontairement outré, qui colle à la perfection avec la démesure du personnage. Trois comédiens en scène, deux hommes et une femme, nous content avec une joyeuse insolence les tribulations d'Oscar Wilde. Interprétant à tour de rôle Wilde, ses proches et ses personnages, les acteurs nous ramènent plus de 100 ans en arrière, jonglant avec une facilité déconcertante entre fiction et réalité.Tantôt clowns empruntant à la farce burlesque, tantôt pantins tragiques en costumes d'époques, ils nous livrent un spectacle haut en couleur qui cherche à rendre compte d'un personnage aussi complexe que passionnant.  

A 100 lieux du biopic, l'auteur nous donne à voir juste ce qu'il faut de l'aspect biographique, se concentrant sur les éléments clefs du vécu de Wilde. Du succès de ses premières oeuvres au "Portrait de Dorian Grey", de "Samomé" à "L'importance d'être constant", nous naviguons au coeur des pensées et considérations d'un Wilde en avance sur son temps, en quête d'une éternelle jeunesse.
extrait du "Portrait de Dorian Gray" d'Oscar Wilde au Théâtre Laurette à voir tous les jours à 22 h (Festival Off 2013)
Tribulations

Philippe Honoré intègre intelligemment les écrits et citations de l'écrivain-poète sans que "L'importance d'être Wilde" ne prenne l'aspect déplaisant d'un pot pourri, jonglant entre fidèles retranscriptions et pastiches à la sauce 21e siècle. Gags, comique de gestes, accessoires incongrus, gigue irlandaise, utilisation de musiques contemporaines pour illustrer la rage de Wilde face à l'incompréhension de ses contemporains, allocution radiophonique, monologues "raciniens" et pseudo coups de théâtre, la mise en scène ne cesse de nous suprendre, offrant à la pièce un rythme d'enfer. 

Prenant ses libertés avec la chronologie, l'auteur casse l'aspect linéaire et ennuyeux propre au mauvais biopic. Résultat, le spectateur est sollicité en permanence, le suspense de l'intrigue classique étant remplacé par l'attente d'un nouveau "sketch". On rit, et beaucoup, d'un rire franc dépourvu de toute gauloiserie, comme pour éloigner l'image d'une tragédie annoncée, celle de la mort d'un homme consumé par ses passions. 

Oscar et Wilde

Avec un style tout feu tout flamme, Philippe Honoré brille par sa capacité à nous rendre le personnage familier. Présenté comme un sympathique dandy au narcissime sans borne et à la misogynie affirmée, Wilde fait l'éloge du plaisir sous toutes ses formes et n'a aucune pitié pour les sots qu'il rencontre, véritables archétypes dans une société incapable de s'affranchir des codes. En filigrane, l'auteur nous rappelle que les écrits d'Oscar Wilde, pétris de son esprit libertaire, sont toujours d'actualité.
Extrait de la pièce de théâtre "L'importance d'être constant"
Révolutionant les formes, éclatant les carcans, cet avant-gardiste insatiable semble vivre par son désir de transgression, véritable moteur de sa création. Attaqué tout à au long de sa vie tant sur le caractère polémique de ses oeuvres que sur ses relations homosexuelles, Wilde s'est toujours défendu à travers de cinglantes réparties, mouchant ses détracteurs avec un plaisir non dissimulé. "Il y a deux tragédies dans la vie : l'une est de ne pas satisfaire son désir, l'autre est de le satisfaire", disait Wilde. Une phrase qui résume bien la pensée d'un personnage d'une grande lucidité, conscient d'avoir brulé la vie par les deux bouts.
Affiche promotionnelle du spectacle 

Affiche promotionnelle du spectacle 

© Cie Philippe Person
L'esprit demeure

Calambours corrosifs, inombrables et brillants aphorismes ne suffisent pas à masquer l'aspect tragique de la vie de l'écrivain. Vivre pour la littérature, c'est être engagé jusque dans sa vie et se nourrir de ses propres expériences. Voilà qui semble coller au radicalisme de Wilde. En attendant, le génie disait : "S'il est au monde quelque chose de plus fâcheux que d'être quelqu'un dont on parle, c'est assurément d'être quelqu'un dont on ne parle pas". Pour flatter l’ego de Mr. Wilde, nous dirons que la postérité s'est bien gardée de ne pas parler de lui !

L'importance d'être Wilde
Tlj à 12 h 15 / Durée : 75 min.
Théâtre du Balcon
38, rue Guillaume Puy
84000 Avignon
N'oubliez pas de réserver au 04 90 85 00 80