A Strasbourg, Stanislas Nordey défend la création contemporaine

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 25/03/2015 à 15H15
Stanislas Nordey en conférence de presse à Strasbourg (24 mars 2015)

Stanislas Nordey en conférence de presse à Strasbourg (24 mars 2015)

© Claude Truong-Ngoc / citizenside.com / AFP

Le Théâtre national de Strasbourg (TNS) va miser dans les cinq ans à venir sur le répertoire contemporain pour élargir son public, a expliqué mardi soir son nouveau directeur, Stanislas Nordey.

Le TNS, qui est la seule institution nationale en province, "doit être un théâtre de création. Le patrimoine théâtral sera l'exception et non la règle", a assuré Stanislas Nordey, qui a succédé en septembre dernier à Julie Brochen à Strasbourg, soulignant que "le théâtre contemporain d'aujourd'hui, c'est le patrimoine de demain".
              
Le public des salles "vieillit, il faut le renouveler", en allant "chercher ceux qui pensent que le théâtre, ce n'est pas pour eux", a souligné le comédien et metteur en scène de 48 ans. Il a regretté la tendance en France "à vouloir assurer (la fréquentation de) la saison avec des textes connus et reconnus".

Reportage : O.Stephan, E.Gambette,E.Esthel
     
"Il faut faire confiance à la curiosité des publics", en attirant les scolaires avec d'autres auteurs que Molière, Shakespeare ou Brecht, même si dans ce patrimoine "il y a des choses magnifiques, bien sûr", a soutenu l'ancien directeur de l'Ecole supérieure du Théâtre National de Bretagne, à Rennes (2000-2012).
              
Le TNS sera dirigé de façon collégiale
 
Pour "repérer" de nouveaux textes, le TNS va se doter d'un comité de lecture, qui regroupera plusieurs artistes associés et des personnalités extérieures.
              
Stanislas Nordey a par ailleurs annoncé qu'il entendait diriger le TNS de manière collégiale, en associant six metteurs en scène, dix acteurs et six auteurs. Chacun de ces artistes aura l'assurance d'intervenir régulièrement à Strasbourg, lors de chacune des cinq saisons à venir.
              
Enfin le nouveau directeur, qui entend renforcer les synergies entre le TNS et l'école qui lui est associée, mettra un point d'honneur à respecter la parité hommes-femmes pour tous les métiers du théâtre et veillera à la  "diversité" des origines des intervenants, dans un univers "où la plupart des gens aujourd'hui sont des Blancs issus de la bourgeoisie".
              
Fassbinder et les "Liaisons dangereuses" au programme l'an prochain
 
Stanislas Nordey doit présenter en juin la saison 2015-2016 de l'institution strasbourgeoise, la première élaborée entièrement sous sa direction. D'ores et déjà, il a dévoilé qu'il cosignerait avec l'Allemand Falk Richter la mise en scène d'une pièce sur Fassbinder, et que la saison  comprendrait deux approches différentes des "Liaisons dangereuses" de Choderlos de Laclos.
              
L'arrivée de Stanislas Nordey à Strasbourg avait été annoncée en juin dernier par la ministre de la Culture d'alors, Aurélie Filippetti. Mais sa nomination effective avait ensuite subi du retard en raison d'un différend sur les conditions du départ de Julie Brochen.