"Romeo Castellucci : Cerveau-couleur" - Par Nicolas Klotz

Troisième volet du triptyque vidéo de Nicolas Klotz consacré à Romeo Castellucci à partir du "Sacre du Printemps"

Nicolas Klotz pénètre le labyrinthe mental de Romeo Castellucci, artiste contemporain majeur, et tente de mettre en lumière son processus créatif. Il questionne l'homme de théâtre, l'écoute, en prenant pour base son spectacle "Le Sacre du Printemps" mais aussi "Go down Moses" et "Schwanengesang"

Attention, certaines images peuvent choquer ou heurter la sensibilité des internautes

Trame
Quarante machines industrielles pilotées par des ordinateurs font voler, danser, pleuvoir, plusieurs tonnes de poussière d’os d’animaux dans les nappes et les rafales du "Sacre du Printemps" de Stravinski. Sacrifice offert à la terre pour qu’elle donne fruits et nourriture aux hommes ou catastrophe post-nucléaire ? Pendant que nous pénétrons dans les mouvements quasi industriels de cette oeuvre prophétique, nous voyageons avec Romeo Castellucci depuis un café parisien, dans les images et les sons des deux précédents épisodes du triptyque : "Go down, Moses" et "Schwanengesang D447". Dans ce voyage, il raconte avec quelles idées il a travaillé, sa vision des trois oeuvres, et son idée du théâtre.  

Le labyrinthe mental de Romeo Castellucci
Romeo Castelluci est un artiste singulier, inclassable et dérangeant. Il occupe une place à part dans le paysage théâtral contemporain, à la fois comme metteur en scène, scénographe et plasticien. Il bouscule les limites de l'art en mêlant les arts plastiques et vivants, pour créer des spectacles où le texte devient presque secondaire par rapport aux sensations. Il recherche sans cesse les innovations visuelles, sonores, sensorielles. En bousculant également de façon brute les tabous humains et religieux, il cherche à renouveler le langage théâtral. 

Romeo Castellucci au Festival d'Automne
En 2014, le Festival d’Automne à Paris programmait trois spectacles de Romeo Castellucci : "Go down Moses", "Schwanengesang D744", "Le Sacre du Printemps". 

Le travail de Nicolas Klotz 
Dans ce triptyque, le cinéaste Nicolas Klotz filme le travail de Romeo Castellucci avec une petite caméra BlackMagic depuis l’intérieur de son travail, des images et des sons qui les habitent. La liberté du mode de filmage, du travail sur l’image, et du montage, donnent à ces trois films une dimension cinématographique très loin de la « captation » ordinaire. 

« Comment définir le travail de Romeo avec des mots d’hier ? Théâtre ? Performance ? Art contemporain ? Tout cela à la fois et en même temps, tout autre chose. Autre chose qui se passe dans votre cerveau, qui pense en même temps que vous et contre vous. Romeo est un Alien. Un alien logé en vous, qui prend possession de vos nerfs au fur et à mesure que vous entrez son travail. » Nicolas Klotz 

L'image dans le travail de Romeo Castellucci
"Romeo Castellucci : Cerveau-couleur" - Par Nicolas Klotz "Romeo Castellucci : Cerveau-couleur" - Par Nicolas Klotz

Les deux autres volets du tryptique 
Aller plus loin
Découvrir le feuilleton de Libération sur Romeo Castellucci à l'occasion de sa mise en scène de "Moïse et Aaron" à l'Opéra national de Paris. « Nous avons demandé au visionnaire plasticien italien de nous raconter son travail. En une série de quatre interviews d'un quart d'heure, quatre semaines consécutives. »

Distribution

  • Date 01 octobre 2014
  • Durée 43min
  • Production Anne Schuchman – Schuch Productions
  • Réalisation Nicolas Klotz